Maneater : Un bon jeu à se mettre sous la dent sur PS4, Xbox One et PC ?

Ph. Capture Metro Belgique

Sorti ce 22 mai sur PS4, Xbox One et PC, Maneater se démarque par son concept original (incarner un requin dans un action-RPG en monde ouvert) mais aussi par le fait d’être l’un des rares jeux sortis en ce mois de mai si particulier. Mérite-t-il pour autant le coup d’œil ? On vous dit tout !

Développé par le studio américain Tripwire Interactive, Maneater repose en grande partie sur son concept original. En effet, cet action-RPG se déroulant en monde ouvert vous met dans la peau d’un … requin. Aux commandes d’un squale, vous allez devoir survivre et choisir entre tuer ou être tué. Inutile de dire que le choix est vite fait !

Avec son scénario digne d’une série B, le jeu ne se prend jamais au sérieux. Le contexte ? Une émission de télé-réalité américaine suit des tueurs de requins. Au début du jeu, l’un d’eux capture et tue votre mère. En la dépeçant, il découvre dans son ventre qu’elle allait bientôt vous mettre au monde et il décide de vous remettre à l’eau. Vous allez donc incarner ce bébé requin avide de vengeance et avec une dent contre les humains.

Ph. Capture Metro Belgique

Dans la peau d’un requin

Le début du jeu vous met dans le bain en vous apprenant les bases : mordre et dévorer des plus petits poissons ou des tortues dont les nutriments vous permettent de gagner un peu de vie, ou encore utiliser l’attaque caudale pour renverser les prédateurs les plus gros avant de les attaquer. Rapidement, le joueur apprend aussi à raser la surface de l’eau, à sauter et à attaquer ses premiers humains, deux gars sur un jet-ski. Les bases sont posées. Par la suite, Maneater vous propose d’accomplir des missions et de découvrir des points d’intérêts pour monter de niveau et débloquer des améliorations. Au fil du jeu, votre requin va devenir de plus en plus puissant et redoutable en passant d’adolescence à l’âge adulte jusqu’à devenir un Mega requin. Du côté des améliorations, la progression vous permettra de débloquer et d’améliorer des nouvelles capacités. Certaines sont classiques comme le sonar, d’autres beaucoup plus WTF comme la mâchoire spéciale capable d’électrifier les ennemis.

Ph. Capture Metro Belgique

Des défauts à gogo

Au début, le concept de Maneater est séduisant et rafraîchissant. On s’amuse à nager dans ces eaux troubles et à dévorer tout ce qui bouge. Et force est de constater que c’est assez jouissif d’incarner un requin. Mais après quelques heures, les défauts du jeu commencent à prendre le dessus. Premier petit détail, le jeu est uniquement disponible en VOSTFR et les sous-titres affichés à l’écran sont vraiment minuscules. Plus embêtant, la maniabilité se révèle être très frustrante. Les combats deviennent rapidement brouillons. Contre une seule proie, cela reste jouable mais quand d’autres prédateurs viennent d’y mêler, ça devient rapidement le foutoir. On pointera notamment du doigt l’impossibilité de verrouiller une cible, une fonctionnalité qui aurait été bien utile !

Enfin, une fois que la phase de découverte est passée, on se rend compte que Maneater tourne très vite en rond. Les objectifs sont très répétitifs. On doit tuer un certain nombre d’une espèce bien précise à tel endroit, avec à chaque fois quelques prédateurs plus costauds dans les parages. Ensuite, il faut faire un carnage du côté des humains innocents sur les plages ou dans des attractions touristiques. Après plusieurs attaques, il suffit d’attendre que des chasseurs arrivent jusqu’à ce que finalement une sorte de boss des chasseurs vous traque. Son arrivée débloque une petite cinématique et vous accédez à une compétence spéciale lorsque vous le tuez. Bien sûr, il y a des régions différentes à découvrir et à explorer mais à peu de choses près c’est ce qu’il vous attend pendant les 10h qu’il faut pour terminer Maneater.

Un jeu optimisé avec les pieds ?

Maneater aurait pu être un jeu sympa, original mais répétitif. Malheureusement, un gros défaut supplémentaire est venu gâcher notre aventure. En effet, il semble avoir été optimisé avec les pieds. Nous l’avons testé sur Xbox One X. Les graphismes sont corrects mais sans plus. Maneater reste loin des standards de 2020, mais puisque c’est un AA, on ne lui en tiendra pas rigueur. Mais alors que le jeu est loin d’en envoyer plein les yeux, il a rapidement mis notre console au tapis. Très rapidement, le jeu a fait tourner les ventilateurs de la Xbox à fond en la faisant beaucoup souffler. L’étape suivante est encore plus embêtante puisque lorsqu’il y a des combats avec beaucoup d’ennemis ou de chasseurs à l’écran, Maneater finit par faire planter la console. On a ainsi arrêté de compter le nombre de fois où notre Xbox One X a redémarré, rendant la rédaction de ce test très compliquée. Il aurait pu s’agir d’un problème isolé mais d’autres utilisateurs ont rencontré des soucis similaires sur PS4 Pro avec l’apparition d’écrans bleus durant le jeu déclenchant l’interruption de celui-ci.

Notre verdict

Maneater nous a amusés autant qu’il nous a fait rager. Le jeu de Tripwire Interactive est la preuve (s’il en fallait une !) qu’une bonne idée ne fait pas forcément un bon jeu. Le concept d’incarner un requin dans un open-world était excellent et la découverte du jeu est à la fois amusante et rafraîchissante. Malheureusement, de trop nombreux défauts viennent plomber Maneater. Trop répétitif et mal optimisé, Maneater c’est un peu comme un apéro Zoom pendant le confinement. Au début, c’est nouveau, sympa et original mais après on veut passer à autre chose ! Sachant qu’il est vendu 40 €, à vous de voir si vous êtes suffisamment affamés pour vous jeter dessus !

Découvrez le trailer de lancement :

REVIEW OVERVIEW
Maneater
SOURCERédaction en ligne