Une électricité « propre » et quasi-infinie à base de déchets nucléaires?

AFP / Kenzo Tribouillard

Parmi les principaux reproches que l’on évoque en parlant de l’énergie nucléaire se trouve la difficile question de la gestion des déchets. Et si ces déchets devenaient la solution. Des scientifiques auraient en effet découvert le moyen de les utiliser afin de produire une électricité quasi-infinie. 

Des chercheurs du South west nuclear hub de l’université de Bristol en Angleterre ont en effet annoncé qu’ils étaient parvenus à fabriquer un « diamant » à partir de déchets nucléaires capable de produire de l’électricité pendant des milliers d’années.

Si le processus est compliqué, le principe est quand à lui très simple à comprendre.

Il faut de l’uranium enfermé dans un caisson de graphite pour produire de l’énergie nucléaire. Ce graphite génère alors du carbone 14 en devenant radioactif. En chauffant ce carbone 14, on obtient un gaz que les chercheurs ont réussi à transformer en un diamant qui produit un courant électrique en continu. Et pour longtemps, d’ailleurs, puisqu’il n’atteint la moitié de sa puissance qu’après… 5.730 ans.

Un seconde couche de diamant non radioactif permettrait ensuite d’utiliser cette énergie en tote sécurité.

C’est à la BBC que le professeur Tom Scott de l’université de physique de Bristol a évoqué la création de futures batteries quasi éternelles. « Nous pourrions les utiliser pour fournir de l’énergie à des pacemakers, des dispositifs auditifs, des ordinateurs », a-t-il expliqué. Et au-delà de ça, « nous pourrions même les intégrer à des vaisseaux spatiaux ou des satellites qui pourraient ainsi voyager en dehors du système solaire. »