Greenpeace veut que les compagnies sauvées arrêtent les vols court-courriers

Ph. Unsplash

Greenpeace demande l’interdiction totale des vols court-courriers alors que les compagnies aériennes européennes réclament des renflouements gouvernementaux pour un total de près de 13 milliards d’euros face à la crise du coronavirus. Les mesures de sauvetage doivent être assorties d’engagements environnementaux contraignants, écrit mardi l’organisation de défense de l’environnement.

Les organisations Greenpeace, Transport & Environment et Carbon Market Watch ont compilé la liste des compagnies aériennes qui réclament des aides financières publiques depuis le début de l’épidémie. D’après leurs calculs, l’industrie aérienne européenne demande une aide gouvernementale d’un montant minimum de 12,8 milliards d’euros, « sans engagement environnemental contraignant significatif lié aux plans de sauvetage ».

Les trajets réalisables en moins de 6h en train

Toute mesure de sauvetage devrait pourtant obliger les compagnies aériennes à se conformer à l’objectif climatique de 1,5 degré, tel que convenu dans l’accord de Paris sur le climat, considère Greenpeace. Pour y arriver, l’organisation exige une interdiction totale des liaisons aériennes court-courriers lorsque le temps de trajet en train est inférieur à 6 heures, ou lorsqu’un train de nuit est disponible.

« Un financement public supplémentaire devrait fixer les bases d’une transition juste et écologique avec des plans d’investissement à grande échelle dans des alternatives de mobilité durable, comme un réseau européen de trains de jour et de nuit, de ferries et de transports publics accessibles », ajoute l’organisation.

Des bénéfices énormes « tout en payant très peu de taxes »

Celle-ci souligne que les 20 plus grandes compagnies aériennes (basées dans l’espace économique européen et au Royaume-Uni) ont réalisé un total combiné d’au moins 33 milliards d’euros de bénéfices nets au cours des cinq dernières années, « tout en payant très peu de taxes sur le carburant ou de TVA sur les vols ».