Coronavirus : Près de 1.500 morts aux Etats-Unis en 24h, nouveau record quotidien

Photo by Angela Weiss / AFP

Les Etats-Unis ont recensé près de 1.500 morts supplémentaires du nouveau coronavirus entre jeudi et vendredi soir, selon le comptage de l’université Johns Hopkins, soit le pire bilan sur 24h enregistré dans un pays.

Avec 1.480 décès dénombrés entre 20h30 locales jeudi et la même heure vendredi, selon les chiffres de l’université actualisés en continu, le nombre total de personnes décédées depuis le début de la pandémie aux Etats-Unis est désormais de 7.406.

Se couvrir le visage

Il est désormais officiellement conseillé aux Américains de se couvrir le visage hors de chez eux, pour aider à freiner l’épidémie.

Le président Donald Trump l’a annoncé vendredi soir, en insistant qu’il s’agissait d’une recommandation, non obligatoire. Les autorités sanitaires appellent la population à se couvrir le visage avec des masques artisanaux, des foulards ou des bandanas, afin de réserver les masques médicaux aux soignants, pénurie oblige.

A New York, le maire avait déjà demandé aux habitants de se couvrir le visage hors de chez eux, et dès vendredi, un peu moins de la moitié des piétons appliquaient la consigne à Manhattan.

Vu d’Asie, où les masques chirurgicaux sont omniprésents, le retard des pays occidentaux est une aberration. Mais les autorités sanitaires aux Etats-Unis ou en France, ainsi que l’Organisation mondiale de la santé, arguaient jusqu’à présent que le masque n’était pas nécessaire pour les personnes saines, sauf si elles étaient au contact de malades.

Volte-face

Depuis plusieurs jours, une volte-face se préparait, sous pression d’un public qui ne comprend pas pourquoi les masques protégeraient les infirmiers mais pas les citoyens ordinaires.

Aux Etats-Unis, vendredi, le directeur de l’Institut des maladies infectieuses, Anthony Fauci, membre du groupe de travail de la Maison Blanche sur le coronavirus qui dit passer une heure par jour avec le président Trump, avait évoqué sur Fox News des données indiquant que «le virus peut en réalité se transmettre quand les gens ne font que parler, plutôt que seulement lorsqu’ils éternuent ou toussent».

Une transmission via l’air expiré

Quelles sont les preuves scientifiques? Il y en a peu, mais elles convergent. Les Académies américaines des sciences ont cité dans une lettre à destination de la Maison Blanche mercredi quatre études faisant pencher la balance en faveur d’une transmission du virus via l’air expiré par les gens et non plus seulement par les gouttelettes et postillons projetés lors d’un éternuement directement sur le visage d’autres personnes ou sur des surfaces.

Des chercheurs de l’université de Hong Kong ont récemment observé que le port de masques réduisait la quantité de coronavirus expirés par des malades (l’expérience a été faite avec des virus autres que SARS-CoV-2).

Et des chercheurs à Wuhan ont prélevé des échantillons d’air dans diverses pièces d’hôpitaux et découvert des concentrations élevées du nouveau coronavirus, notamment dans les toilettes et les salles où les soignants enlevaient leurs équipements de protection.