La Chine s’active pour fournir à l’Italie et au reste du monde des respirateurs

AFP / A. Chaon

La Chine commence progressivement à voir le bout du tunnel, suite à la terrible crise qu’elle a connue à cause du coronavirus. Mais face à la pandémie mondiale, elle s’active déjà nuit et jour pour fournir au reste du monde le matériel nécessaire pour contrer la maladie… 

Alors que le gros de la crise est désormais derrière la Chine, l’Europe connaît pour le moment des pics en matière de contaminations et se retrouve mal équipée pour faire face au coronavirus. Mais d’après le « South China Morning Post », les usines tournent 24 heures sur 24 en Chine, et ce pour offrir de l’aide aux Européens en manque de respirateurs.

En effet ,les usines de Beijing Aeonmed Co. connaissent une activité ininterrompue depuis le 20 janvier dernier, devant la demande accrue de respirateurs venue de l’étranger. Les différents équipes de l’entreprises travaillant sur la chaîne de production, se répartissent le travail afin d’être actifs 24 heures sur 24.

Du matériel indispensable

Et Dieu sait que les respirateurs artificiels sont nécessaires en ce moment, eux qui insufflent de l’air dans les poumons et qui éliminent le dioxyde de carbone du corps. Ils sont essentiels lorsque des patients sont gravement touchés par le Covid-19, car le taux d’oxy­gène présent dans leur sang chute précipitamment. Cela peut causer de grave dommage à certains organes du corps humain.

Partout dans le monde, ces appareils manquent pour le moment, car les hôpitaux ne s’étaient pas préparés à une crise d’une telle ampleur. Exemple avec les Etats-Unis, qui disposent de 200.000 respirateurs, alors que le Society of Critical Care Medicine estime que 960.000 de ces appareils seraient nécessaires. En Italie, les médecins sont forcés de choisir quelles personnes peuvent bénéficier de cette assistance, condamnant les autres.

Des commandes en nombre

Pour des entre­prises comme Beijing Aeon­med Co., les commandes affluent et l’usine devrait continuer à produitre à plein régime jusque mi-mai. « Nous avons des dizaines de milliers de commandes en attente », a déclaré Li Kai, direc­teur de Beijing Aeon­med Co. « La ques­tion est de savoir à quelle vitesse nous pouvons les fabriquer. »

Sur le marché, de nombreuses entreprises s’activent pour répondre à l’immense demande venue de partout dans le monde, comme l’explique Wu Chuanpu, directeur de la chaîne d’approvisionnement Vedeng.com: « Toutes les usines de ce type en Chine ont atteint leur capa­cité maxi­male, entiè­re­ment occu­pées par la demande étran­gère. »