Une Liste Rouge pour les abeilles de Belgique

Ph. Jean-Sébastien Rousseau-Piot

Face au déclin avéré des abeilles sauvages, de nombreux projets voient le jour. Parmi eux, la publication d’une liste rouge pointe les espèces et les habitats à protéger prioritairement. Un outil central pour les politiques de conservation.

De nombreuses études ont souligné ces dernières années le déclin des abeilles sauvages en Europe. En Belgique, la dernière évaluation remonte à plus de 25 ans et pointait déjà une régression de 25% de ces espèces essentielles écologiquement, économiquement et patrimonialement. Afin de contribuer à l’amélioration des connaissances, la Liste Rouge des abeilles de Belgique vient d’être finalisée dans le cadre du projet de recherche BELBEES (2014-2018), financé par la politique scientifique fédérale belge BELSPO. Ce travail regroupe l’ensemble des données d’abeilles disponibles sur le territoire belge, dont Natagora représente l’un des principaux contributeurs par le biais de leur programme de sciences participatives!

La situation est urgente en Belgique

Les abeilles représentent les principaux pollinisateurs de nos régions et contribuent grandement à la reproduction de nos plantes à fleurs sauvages et cultivées. Malheureusement, ces insectes subissent un déclin massif en Europe et la dernière évaluation de la situation des populations d’abeilles sauvages en Belgique remonte à plus de 25 ans. Or, les pressions auxquelles fait face la biodiversité ne font que s’accentuer. Il était donc urgent d’entreprendre une mise à jour du déclin de ces espèces essentielles afin de conscientiser les autorités et prioriser les futures actions de conservation.

Cette liste rouge a été réalisée en suivant la méthodologie proposée par l’UICN (Union Internationale de Conservation de la Nature), qui vise à identifier la probabilité d’extinction pour chaque espèce d’une région donnée et de les classer au sein de différentes catégories de menace. Les résultats sont alarmants et pointent que plus de la moitié des espèces d’abeilles de notre territoire est menacée d’extinction (33%), a disparu de notre pays (12%) ou est en passe d’être menacée (7%). Ce constat souligne la tendance évolutive et grandissante du phénomène, mais aussi que certains groupes d’espèces à écologies particulières (ex. abeilles sociales) sont plus impactés. C’est notamment le cas du groupe des bourdons pour lequel 80% des espèces sont menacées d’extinction, d’ores et déjà éteintes ou en passe d’être menacées.

L’activité humaine pointée du doigt

Bien entendu, l’activité humaine sans cesse croissante est largement pointée du doigt. Citons notamment la perte et la modification des habitats et des ressources florales par le biais de l’agriculture intensive, l’urbanisation grandissante et toutes actions induisant l’altération, la destruction et la fragmentation des biotopes. En outre, les événements climatiques extrêmes tels que les canicules ainsi que l’augmentation graduelle de la température traduisent des changements globaux en cours qui impactent déjà les populations de certaines espèces.

Ce travail met aussi en lumière le manque de connaissances pour l’évaluation de certaines espèces. En effet, près de 10% des espèces ont été classées dans la catégorie «Données insuffisantes» en raison de l’incertitude des auteurs quant à leur possible menace. De même, certaines régions telles que l’Ardenne ou la Flandre-Occidentale sont sous-échantillonnées et donc méconnues quant à la caractérisation de leur faune d’abeilles. L’amélioration des connaissances dans les prochaines années représente dans ce contexte un objectif prioritaire!

Les listes rouges représentent un puissant outil pour informer et catalyser les actions dédiées à la conservation des espèces. Certains «hotspots» de diversité locale ont ainsi pu être mis en exergue et représentent des habitats particuliers et menacés (ex. pelouses calcaires, landes) qu’il est important de protéger en priorité. Les résultats de ce travail pourront être utilisés pour mettre en œuvre un large éventail de mesures de conservation visant à globalement améliorer le statut de menace des espèces.

Maxime Drossart

Pour contacter l’auteur: [email protected]