La forêt amazonienne pourrait disparaître en 50 ans

AFP / E. Benavides

Les scientifiques de l’université de Southampton ont publié un rapport indiquant qu’à ce rythme, la forêt amazonienne pourrait disparaître en 50 ans, tandis que la Grande barrière de corail n’aurait plus que 15 ans devant elle. 

S’approche-t-on d’un point de non-retour en ce qui concerne la destruction de la forêt amazonienne? D’après des chercheurs de l’université de Southampton, au Royaume-Uni, le poumon de notre planète pourrait devenir aride en seulement cinquante ans si l’on poursuit sa déforestation. Comme le relaie Forest News, ceux-ci ont étudié une quarantaine d’environnements naturels et ont déterminé à quel moment ceux-ci disparaîtraient si l’on ne changeait pas de rythme.

Un message évident

« Les message est clair. Nous devons nous préparer au fait que les écosystèmes de notre planète changent plus rapidement que ce que nous avions envisagé. Il s’agit d’un avertissement de plus pour limiter les dommages actuels et pour empêcher à ces écosystèmes d’atteindre leurs limites », a expliqué John Dearing, professeur de géographie physique, qui a mené la recherche.

En effet, si 35% de la forêt amazonienne devait disparaître, on pourrait déjà la considérer comme perdue. Il va sans dire que sa disparition serait un drame, tant pour les êtres humains vivant sur ces terres que pour la faune locale. Depuis 1970, 20% de la forêt amazonienne, qui recouvre sept pays sur plus de cinq millions de kilomètres, ont été rasés.