Stib, Tec et De Lijn imposent des mesures sanitaires supplémentaires dans les transports

Belga

Afin d’endiguer la propagation du virus Covid-19, les opérateurs de transport public De Lijn et Stib mettent en place des mesures supplémentaires. Il est désormais demandé aux voyageurs de monter à l’arrière des véhicules et de payer les titres de transport via texto ou en ligne. Il est également conseillé de privilégier la marche et le vélo.

À la suite des décisions annoncées jeudi soir en Belgique par le Conseil national de sécurité, la Stib et De Lijn n’ont pas tardé à prendre de nouvelles mesures afin de minimiser les risques de transmission du coronavirus.

La Stib adapte ses services à ce que sa porte-parole qualifie de «vie tournant au ralenti» sur Twitter. La compagnie a aussi annoncé qu’elle suspendait l’achat de tickets à bord des transports. Elle étudiera en outre vendredi l’impact sur la circulation des mesures décidées par les autorités fédérales.

Etant donné que, malgré la suspension des cours, les écoles ne ferment pas, «la Stib ne modifie pas son offre», indique la porte-parole de l’opérateur de transport public.

Privilégier la marche et le vélo

Les navetteur De Lijn sont eux priés de monter à l’arrière des véhicules des transports publics et d’éviter les paiements en liquide. «Les paiements en liquide ne seront plus acceptés dans les bus, trams et magasins de De Lijn à partir de samedi», déclare la porte-parole de De Lijn qui fait également savoir que les contrôleurs se chargeront d’assister les voyageurs afin d’éviter au maximum la confusion. «Pour l’instant, nous nous concentrons sur les mesures. Le reste sera pour après», ajoute-t-elle.

Il n’y aura plus non plus e vente de tickets dans les bus, a indiqué le ministre-président wallon Elio Di Rupo. Concernant les transports en commun en Wallonie, le gouvernement recommande «de privilégier la marche et le vélo pour les courtes distances et, dans la mesure du possible, de différer les déplacements pour éviter les heures de pointe».