Calme à Idleb au premier jour d’une trêve

AFP

La région d’Idleb, théâtre depuis plusieurs mois d’une bataille acharnée et d’une grave crise humanitaire, connaît une rare accalmie ce vendredi. Un accord est intervenu hier pour une trêve.

Entré en vigueur à minuit, le cessez-le-feu annoncé par la Russie (soutien de Damas) et la Turquie (qui appuie des groupes rebelles) s’est maintenu durant la journée, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Son directeur, Rami Abdel Rahmane, a souligné «l’absence totale d’avions de guerre russes et du régime dans l’espace aérien d’Idleb». A Damas, l’agence de presse officielle Sana a indiqué que «le calme régnait» sur l’ensemble de la région.

AFP

Dans la nuit, durant les trois premières heures de vendredi, «des affrontements intermittents et des échanges de tirs ont eu lieu, avant de s’interrompre», a précisé Rami Abdel Rahmane. Six soldats syriens et au moins neuf djihadistes du Parti islamique du Turkestan (TIP) ont été tués dans ces accrochages, selon l’OSDH.

Jeudi, le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan sont parvenus à un accord de cessez-le-feu au terme d’une réunion marathon à Moscou. Cette trêve doit mettre fin à des violences ayant tué près de 500 civils, selon l’OSDH, et fait près d’un million de déplacés depuis le début, en décembre, d’une nouvelle offensive de Damas dans la région, d’après l’Onu.