Les femmes gagnent en moyenne 9,6 % de moins que les hommes

En Belgique, le salaire des femmes est en moyenne raboté d’un dixième par rapport à celui des hommes. Sur base des salaires annuels bruts, l’écart salarial entre les femmes et les hommes belges s’élevait en 2017 à 23,7 %, soit après correction liée à la durée du travail un écart de 9,6 %. C’est ce qui ressort des données de l’Office national de sécurité sociale (ONSS) publiées par l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes fin 2019. La différence entre les deux chiffres s’explique par l’impact du travail à temps partiel. Si l’écart salarial se réduit légèrement d’année en année, il reste néanmoins très important.

De 2014 à 2017, l’écart salarial sur base des salaires annuels bruts a baissé de 24,5 % à 23,7 %. Après correction liée à la durée de travail (le temps partiel étant majoritairement féminin), l’écart salarial au cours de cette période est passé de 10,9 % à 9,6 % sur une base annuelle. Ce deuxième chiffre compare le salaire des hommes et des femmes s’ils avaient les uns et les autres travaillé à temps plein.

Privé vs public

Dans le secteur privé, l’écart salarial entre les femmes et les hommes est plus important que dans le secteur public. Après correction liée à la durée de travail, il est de 12,9 % dans le privé contre 6 % dans le public. L’écart salarial varie aussi en fonction du statut. Il est le plus marqué chez les ouvriers, suivis des employés et des fonctionnaires statutaires.

Selon l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes, l’écart salarial a légèrement baissé ces dernières années, « mais sa réduction est extrêmement lente ». « Cet écart salarial est principalement dû à la répartition inégale du travail rémunéré et des obligations familiales non rémunérées », explique Liesbet Stevens, directrice adjointe de l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes. « En deuxième lieu, on trouve la ségrégation sur le marché du travail. Actuellement encore, un important déséquilibre persiste entre les métiers mal payés et les secteurs où les femmes sont surreprésentées et les métiers beaucoup mieux payés et les secteurs où les hommes
restent majoritaires.»