Test Overpass : L’art de surmonter les obstacles sur PS4, Xbox One et PC

Vous êtes à la cherche d’un jeu fun de buggys et de quads ? Alors, vous ferez sans doute mieux de passer votre tour. Overpass est une simulation exigeante dans laquelle vous devez franchir des obstacles.

BigBen continue sur sa lancée en sortant des jeux de niche, pas mauvais mais qui s’adressent une petite  franche de joueurs. Après les courses de camions dans FIA European Truck Racing Championship, l’éditeur français s’attaque aux courses de franchissement d’obstacles à bord de buggys et de quads avec Overpass. Attention, les joueurs à la recherche de vitesse pure vont être déçus ! Overpass est une simulation, lente, très lente, et exigeante dans laquelle le joueur doit manier l’art de franchir des parcours comportant une multitude d’obstacles. À vrai dire, nous avons rarement joué à un jeu dans lequel la gâchette d’accélération doit être aussi peu enfoncée !

L’art du franchissement

Les obstacles sont divers et variés. Cela peut être des pierres, des rondins de bois, des murs de boue se présentant presque à la verticale, des ponts de bois, des barrages de pneus ou encore des « balançoires » métalliques. Pour manier l’art du franchissement, il faut ajuster au mieux la vitesse et l’accélération de son véhicule, le positionnement des roues mais aussi sans cesse jongler entre les options de différentiel et de roues motrices. On regrette cependant qu’il soit impossible de bouger la caméra et de la faire tourner autour du véhicule pour observer au mieux le terrain.

Des choses à améliorer

Pour que le principe d’Overpass fonctionne, il fallait que le moteur physique du jeu soit irréprochable. Malheureusement, il y a bel et bien des lacunes à ce niveau. Si les traces de pneus restent visibles, la déformation du terrain est très limitée. Malgré les différents types de surface (boue, sable, terre, roche,…), les sensations peinent à convaincre et manquent de réalisme. Ainsi, la conduite dans l’eau mais aussi son rendu visuel sont complètement ratés. La déception est donc de mise et on est loin du réalisme et du moteur physique d’un Spintires: MudRunner par exemple.

Seul avec le bruit de son moteur

Graphiquement, Overpass se situe très loin des standards actuels et les temps de chargement sont très longs. Dans les menus, la bande-son est au rendez-vous mais elle contraste avec l’ambiance lors des épreuves. En effet, vous vous retrouverez seul avec le bruit de votre moteur. Overpass ne propose pas de public, ni de confrontations directes contre d’autres adversaires. Du côté du contenu, c’est également plutôt léger avec un peu plus de 20 buggys et quads officiels ainsi que 40 parcours répartis dans six environnements différents. En solo, le principal intérêt est le mode carrière mais il n’a rien de très original. Il n’est pas scénarisé et consiste à une succession d’épreuves entre lesquels on doit choisir son sponsor, réparer ses engins ou installer des améliorations. Le multi est quant à lui plutôt complet puisqu’il est possible d’affronter d’autres joueurs en ligne mais aussi de jouer à deux sur la même console en écran partagé. Enfin, soulignons la présence du mode « Passe et joue » qui permet de jouer à deux, chacun son tour, avec une seule manette.

Notre verdict

Overpass est l’un des premiers jeux de « course » de 2020. Est-ce une raison suffisante pour se jeter dessus ? Pas vraiment ! À moins que vous n’ayez vraiment très envie de conduire des buggys et des quads le plus lentement possible pour franchir des obstacles toujours plus difficiles, on ne peut pas vraiment vous conseiller de dépenser 60 € pour ce jeu. 2/5

Découvrez le trailer de lancement :

REVIEW OVERVIEW
Overpass