Des souris vivant loin des feux tuées par la fumée en Australie

Ph. Unsplash

La fumée toxique dégagée par les feux de forêts en Australie a tué une espèce de souris en voie de disparition qui se trouvait pourtant loin des régions dévastées par les incendies, ont révélé des chercheurs. Selon eux, il s’agit du première exemple d’animaux ayant péri après avoir inhalé des fumées.

Les chercheurs de l’Université Charles Sturt ont expliqué que ces souris «fumées», dont le nom vient de leur pelage gris et donc sans rapport avec les récents incendies, ont commencé à mourir en captivité trois jours après qu’un épais nuage de fumée toxique a commencé à envelopper Canberra.

«Les souris ’fumées’ qui sont mortes avaient développé de graves maladies pulmonaires en raison des grandes quantités de particules fines mortelles PM2,5, c’est-à-dire d’un diamètre inférieur à 2,5µm, dégagées par la fumée des feux de forêts», a expliqué Andrew Peters, expert en animaux sauvages.

Plus d’animaux morts que prévu ?

Neuf des souris qui vivaient en captivité dans un élevage près de Canberra sont décédées dans les jours qui ont suivi. Les incendies étaient alors à plus de 20 kilomètres. M. Peters a affirmé que ces observations laissent à penser que le nombre d’animaux ayant péri lors des incendies en Australie pourrait être bien plus élevé que prévu. Des estimations scientifiques font état d’environ un milliard d’animaux qui auraient péri dans les régions ravagées par les flammes.

«Maintenant que nous savons que la fumée des incendies peut tuer la faune vivant loin des feux, il est possible que les animaux aient été touchés dans des régions de l’Australie bien plus vastes qu’estimé jusqu’ici», a-t-il déclaré. «Cette fumée mortelle peut également avoir tué des animaux vivant dans des poches de végétation non dévastées par les flammes et qui auraient servi de refuge à la faune», selon lui.

La souris fumée, classée espèce en danger par le gouvernement, vit dans de petites zones d’habitat situées le sud-est de l’Australie. Elle fait partie des plus de 100 espèces menacées directement touchées par cette catastrophe.