L’État belge ne payera d’astreintes aux parents des 10 enfants belges en Syrie

Ibrahim YASOUF / AFP

L’État belge ne doit pas verser d’astreintes aux parents de 10 enfants belges bloqués en Syrie, a décidé mercredi un juge. L’État avait demandé que soient révisées les pénalités qui lui ont été infligées dans l’attente du rapatriement de ces enfants de combattants belges de l’État islamique.

Il s’agit des enfants des combattantes syriennes Nadia Baghouri, Jessie Van Eetvelde et Sabah Hammani, ainsi que du combattant syrien Adel Mezroui. Les femmes et les enfants se trouvent dans le camp de réfugiés d’Al-Hol, en dehors de la zone tampon actuellement occupée par les Turcs en Syrie. M. Mezroui est quant à lui incarcéré dans la prison kurde d’Al-Hasakah.

Le juge des référés de Bruxelles avait décidé le 11 décembre dernier que le gouvernement belge devait procurer une assistance consulaire à 10 enfants de combattants en Syrie et leur fournir les documents leur permettant de revenir au Plat pays. Le juge avait également ordonné des astreintes de 5.000 euros par jour de retard et par enfant.