Le bourgmestre d’Alost se défend d’antisémitisme et préfère évoquer des parodies

Belga / N. Maeterlinck

Le bourgmestre d’Alost Christoph D’Haese (N-VA) ne voit aucun problème avec les représentations de juifs qui ont été visibles lors du carnaval de sa ville, dimanche. Elles ne peuvent selon lui pas être qualifiées d’antisémites. Entre 60.000 et 80.000 personnes avaient fait le déplacement, selon des chiffres provisoires.

La météo n’a pas perturbé le cortège, dont le départ a cependant été reporté d’une heure par précaution. Un incident sérieux a été signalé. Un individu d’une trentaine d’années a dû être maîtrisé par la police après avoir causé du grabuge et sorti un couteau dans une auberge.

Tous les regards étaient tournés vers les représentations juives après la polémique de l’an dernier. À ce titre, les carnavaliers n’ont pas été refroidis par la décision de l’Unesco, qui a retiré l’événement de la liste du patrimoine immatériel de l’humanité. Un groupe a même présenté les juifs sous forme d’insectes, ce qui a été dénoncé par des organisations se sentant assimilées à de la vermine.

Fin du carnaval mercredi

L’appel à l’interdiction du carnaval par le ministre israélien des Affaires étrangères a été mal vécu par les Alostois, ce qui semble avoir décuplé leur désir de provocation. «J’ai essayé d’éviter l’escalade ces derniers jours. Il y avait de l’animosité, mais les parodies ne peuvent pas être taxées d’antisémites», estime le bourgmestre. Le cortège sera à nouveau de sortie lundi. L’événement se prolongera jusqu’à mercredi.