Un photographe montre comment la nature a repris ses droits sur le site Ford à Genk

Ph. Kristof Vrancken

La série de photos « Transit » du photographe belge Kristof Vrancken montre l’évolution du paysage sur l’ancien site Ford à Genk. L’artiste a développé ses images avec des extraits de plantes qui poussaient là où se trouvait l’usine. Sa série a été retenue par les Sony World Photography Awards.

Avec ce projet, Kristof Vrancken cherchait de nouvelles manières de rendre visibles les vestiges industriels de Genk. Il utilise la photographie pour montrer les changements que le paysage a subis depuis la révolution industrielle.

Ph. Kristof Vrancken

Développées avec des plantes récoltées sur place

Pour développer les 9 images de la série, le photographe a utilisé des émulsions extraites de plantes et de baies récoltées sur le site de Ford. Ce procédé appelé anthotype date du 19e siècle. Selon le photographe, cette méthode « capture l’histoire du paysage dans l’image elle-même ». Cela lui permet d’évoquer des sujets actuels comme la durabilité, l’écologie ou le temps. Frank Vrancken montre ainsi la pollution d’un ancien terrain industriel sous différents points de vue.

Cette série originale trouve un écho sur le plan international. « Transit » a été sélectionnée parmi plus de 340.000 candidatures pour les Sony World Photography Awards. Les photos seront exposées à Londres à partir du 17 avril.

Ph. Kristof Vrancken