Griveaux se retire des municipales à Paris à cause d’une vidéo à caractère sexuelle

AFP / L. Bonaventurte

Le candidat de La République en marche (LREM) pour la mairie de Paris, Benjamin Griveaux, retire sa candidature dans le but de protéger ses proches après la diffusion d’une vidéo à caractère sexuel, a-t-il annoncé vendredi.

Suite à des «attaques ignobles» (…) j’ai décidé de retirer ma candidature à l’élection municipale parisienne. Cette décision me coûte mais mes priorités sont très claires. C’est d’abord ma famille, vous l’aurez compris», a-t-il dit.

Un site avait diffusé mercredi soir une vidéo intime et des messages connotés adressés à une femme, affirmant qu’ils émanaient de l’ancien porte-parole du gouvernement. Ils ont été relayés peu à peu jeudi sur les réseaux sociaux.

En marge de sa déclaration, M. Griveaux a indiqué s’être entretenu tard jeudi soir avec le président Emmanuel Macron, qui l’a selon lui assuré de son soutien «quelle que soit sa décision», en l’invitant à protéger les siens.

Un artiste russe derrière la vidéo ?

L’artiste contestataire russe Piotr Pavlenski, qui avait incendié la façade d’une succursale de la Banque de France en 2017, a affirmé avoir mis en ligne la vidéo. «Il affirme tenir cette vidéo d’une +source+ qui avait une relation consentie avec Benjamin Griveaux», écrit sur son site internet le journal Libération, qui a eu un entretien téléphonique jeudi soir avec l’artiste réfugié en France.

Ce dernier dit avoir voulu ainsi «dénoncer l’hypocrisie» de Benjamin Griveaux. «C’est quelqu’un qui s’appuie en permanence sur les valeurs familiales, qui dit qu’il veut être le maire des familles et cite toujours en exemple sa femme et ses enfants. Mais il fait tout le contraire», a affirmé Pavlenski à Libération.

Pavlenski a été condamné en janvier 2019 à trois ans de prison, dont 2 ans avec sursis, pour avoir incendié la façade d’une succursale de la Banque de France dans la capitale en octobre 2017. Lui et son ex-compagne Oksana Chaliguina, qui ont obtenu l’asile politique en France en mai 2017, entendaient ainsi dénoncer la présence d’une antenne de la Banque de France sur la place de la Bastille. Il s’agissait selon eux d’une performance artistique intitulée «Éclairage».