Katrien Herdewyn, de sa passion pour les chaussures à la Sillicon Valley

Ph. DR

Entre sa passion de toujours, les chaussures, et l’amour des sciences, que ses parents lui ont transmis, Katrien Herdewyn n’a jamais réellement pu se décider. Après des études à la KUL et des voyages partout dans le monde, la jeune femme a finalement réalisé son rêve en combinant hauts talons et hautes technologies avec la ligne de chaussures « Elegnano ».

C’est une démarche pour le moins innovante qu’a lancée Katrien Herdewyn en 2014. En effet, la jeune entrepreneuse a décidé de combiner la nanotechnologie à la confection de chaussures à talons. Depuis qu’elle est une petite fille, elle est obsédée par les chaussures : « C’était toujours spécial quand cela concernait les chaussures. Quand j’étais petite et que j’allais à une fête, il fallait que j’aie des chaussures spécialement pour aller là-bas. Je jouais à la vendeuse de chaussures devant le garage, cela m’obsédait presque (rires). »

Les années passent et la mode passe au second plan de la vie de Katrien, qui se consacre à sa scolarité. Très vite, elle se rend compte qu’elle a les sciences dans le sang grâce à ses deux parents, et termine avec un master en nanotechnologie et nanosciences : « À l’école, j’étais forte en sciences. Mes parents sont aussi scientifiques, donc je me suis naturellement dirigée vers cette branche. Je trouvais le cursus très intéressant, mais les jobs en soi n’étaient pas forcément pour moi. Cela me plaisait, mais je ne m’y voyais pas travailler sur le long-terme. Au cours de mon doctorat, j’ai étudié le design de chaussures comme passe-temps et c’est à ce moment que je m’étais rendue compte que ma passion pour les chaussures pouvait se mêler à mes connaissances scientifiques. »

L’émergence d’un projet

Après ses études, la jeune femme effectue plusieurs voyages à l’étranger qui viennent sublimer son apprentissage : « Il n’y a pas un pays où j’ai appris plus que dans un autre. Chaque endroit que j’ai visité m’a transmis une expertise sur différents sujets. Par exemple, en Italie, on apprend comment concrètement fabriquer des chaussures. Le Royaume-Uni et les Pays-Bas étaient beaucoup plus orientés vers l’entrepreneuriat. »

Forte de ces expériences, Katrien lance « Elegnano », en octobre 2014, une marque combinant nanotechnologies et chaussures. En effet, le design des chaussures est amélioré par les technologies qui, à titre d’exemple, sont utilisées pour améliorer la qualité, le confort et la durabilité du cuir dans les collections de cette marque.

Le succès est rapidement au rendez-vous et la jeune entrepreneuse est récompensée dès 2015 par le prix de « Starter de l’année », remis par Unizo, l’organisation patronale belge : « Cela a été un boost incroyable. Déjà d’un point de vue personnel, parce qu’on n’est jamais sûr de soi à 100 % si le projet n’a pas été validé par des professionnels. En plus, je suis une jeune femme dans un monde qui était plutôt -et qui reste aujourd’hui toujours un peu- un monde d’hommes, et cela peut être très intimidant. Ensuite, d’un point de vue visibilité aussi : grâce à ce titre, j’ai reçu beaucoup plus d’attention de la presse ! »

Vivre le rêve américain

Cette consécration lui ouvre des portes que Katrien ne pensait pas pouvoir s’ouvrir. Désormais, elle se partage entre la Belgique et la Sillicon Valley, véritable Eldorado des nouvelles technologies aux États-Unis, pour d’autres projets que son bébé devenu grand. « Je fais aussi beaucoup de consultance pour

d’autres entreprises aux États-Unis. Pour l’instant, c’est une entreprise qui combine l’architecture avec la nanotechnologie qui a fait appel à mon expérience et mon expertise »

Désormais, il semble assez clair que l’avenir de l’entrepreneuse s’écrira au-delà de l’Atlantique : « C’est un projet plein de promesses que de se développer là-bas parce que la technologie y est énormément mise en avant. J’y vois une opportunité unique d’intégrer la nanotechnologie dans d’autres branches de la mode ainsi que dans d’autres domaines, et ce au cœur d’une ville où la technologie bat son plein. »

L’aspect technologique mis en avant

Mais cette diversification dans les activités de Katrien ne l’empêche pas de continuer à développer « Elegnano », qui est un savant mélange entre savoir-faire artisanal et technologie à la pointe de la modernité.

« Le but n’a jamais été de vendre des chaussures Elegnano dans tous les magasins du monde. Elles sont disponibles sur le site web et j’organise aussi beaucoup d’événements promotionnels partout dans le monde. La technologie qui a fait de la chaussure Elegnano ce qu’elle est aujourd’hui demeure le core business de mon activité. Cette technologie importe bien plus que la vente de chaussures en elle-même. Je veux vraiment développer ce côté de la marque, et que ce soit cela que les gens retiennent d’Elegnano ! », conclut la jeune femme ambitieuse.

Young Talent in Action

Les jeunes connaissent-ils le potentiel de leurs propres talents ? Savent-ils tout ce que le marché du travail leur réserve ?

Les emplois ne manquent apparemment pas aujourd’hui, mais le talent peine à arriver au bon endroit. Quel est le problème ? Et surtout… comment pouvons-nous faire mieux ?

Pour adresser ces questions et y apporter des solutions, la Fédération des entreprises de Belgique (FEB) a lancé Young Talent in Action (YTiA), une plateforme interactive où les jeunes peuvent découvrir leurs propres talents et ce qu’ils peuvent en faire sur le marché du travail.

Investis dans ton propre avenir… deviens toi aussi un YTiA Ambassador !

La communauté Young Talent in Action repose sur nos YTiA Ambassadors. Aujourd’hui, ils sont 250. Au nom des jeunes, ils font entendre leur voix sur le marché du travail. Parallèlement, ils constituent une précieuse caisse de résonance pour la FEB et les employeurs. Les YTiA Ambassadors ont aussi accès à un réseau unique (jeunes, chefs d’entreprise, décideurs et hommes politiques…). Ils prennent avant tout leur futur professionnel en mains.