Un chercheur crée un patch au bacon pour arrêter la viande

Ph. Instagram

Un chercheur de l’université d’ Oxford, en Angleterre, a mis au point un patch au bacon qui permettrait aux nouveaux végétariens en manque de protéines animales de combler leur manque. 

À l’image des fumeurs qui utilisent un patch à la nicotine pour ne pas ressentir de manque lorsqu’ils arrêtent, un scientifique britannique, professeur de psychologie expérimentale à l’université d’Oxford, a créé un patch au bacon, afin de combler le manque de viande chez les végétariens qui se découvrent.

Cette idée de Charles Spence, qu’il a sobrement appelée « Meat Patches », a été testée cette semaine à Reading, Liverpool et Leeds. Le produit a été conçu en collaboration avec « Strong Roots », une entreprise spécialisée dans la nourriture végétale. Ainsi, il suffit de frotter le patch lorsqu’une envie de viande vient à l’utilisateur pour qu’une odeur de bacon en émane, calmant ainsi toute pulsion carnivore.

View this post on Instagram

We know cutting down your meat consumption is hard. But cutting it out altogether? ⁠ ⁠ That’s seriously hard – in fact, 56% of people who have tried have failed in the first four to five weeks. So, to help you get through these tough last weeks of January, we’ve created the world’s first scratch and sniff meat patch. Just stick it on your arm and give it a rub to release a sizzlingly delicious bacon aroma any time you’re feeling in need of a meat-hit. Don’t just take our word for it – @tommytntfury’s a fan too 💪 Our ➕ Veganuary Response Vehicle 🚑 will be touring the country for three weeks across 7 cities with all the Strong Roots products you need to beat the Veganuary slump, including a limited number of these little meat patch heroes. ⁠ ⁠ Check out our Stories to find out where the ➕ VRV 🚑 will be popping up next! ⁠ ⁠ #STRONGROOTS #YourPlantBasedFriend #MeatPatch #Veganuary

A post shared by STRONG ROOTS UK (@strongrootsuk) on

Une étude à l’origine du produit

D’après le chercheur, le placebo olfactif est suffisant pour passer outre le manque. Cette idée lui serait venue à la lecture d’une étude, qui affirmait qu’entre la viande, la cigarette, et l’alcool, c’est la viande qui était la plus difficile à éliminer de son quotidien. En effet, 56% des personnes qui tentent d’arrêter la viande, échouent après quatre à cinq semaines.

On est encore bien loin d’une commercialisation chez nous, puisque ces patches ne sont qu’à la phase de test au Royaume-Uni pour le moment.