Coronavirus – Le virus actuel plus contagieux mais moins sévère que celui de 2002

Le premier cas de coronavirus de Wuhan (nCov) en Allemagne, enregistré lundi, constituait également la première transmission interhumaine en Europe. Trois autres contaminations du même type ont depuis lors été relevées. Selon les experts allemands qui se sont penchés sur la question, le virus actuel est plus contagieux que celui de 2002, mais le taux d’infection sévère est plus faible. « Nous partons du principe qu’il faut un contact à moins d’un mètre de distance, pendant un certain temps », comme par exemple lorsque deux personnes sont assises à la même table, explique Bernd Salzberger, président de l’Association allemande des maladies infectieuses.
Le coronavirus n’est certainement pas aussi contagieux que la rougeole, rassure M. Salzberger. Il semble se propager via des gouttelettes d’eau.
Le premier cas allemand est tout de même inquiétant, estime le Professeur Paul Hunter de l’université britannique d’East Anglia. Le patient semble avoir été infecté par une collègue chinoise avant même que celle-ci ne développe les symptômes du virus. Or, si celui-ci est déjà infectieux pendant la période d’incubation, cela signifie que les stratégies de contrôle seront moins efficaces, alerte M. Hunter.
Cet élément distingue le nouveau virus du SARS survenu en 2002, qui était également moins contagieux, embraie Bernd Salzberger.
En revanche, l’épidémie du début du siècle affichait un taux d’infection sévère plus élevé. Les experts s’accordent à dire que la majorité des cas actuels sont peu inquiétants, certains patients ne présentant même aucun symptôme.
Concernant la capacité du virus à survivre à l’air libre, l’incertitude demeure. « Si quelqu’un tousse dans sa main puis touche une poignée de porte ou un téléphone, quelqu’un d’autre pourrait être contaminé en touchant le même endroit mais seulement dans la demi-heure qui suit », assure l’Organisation mondiale de la santé.
Les mêmes précautions qui prévalent pour la grippe sont donc recommandées: hygiène des mains et éviter de tousser et renifler, résume Martin Hoch, directeur au sein de l’Autorité bavaroise de la santé. Porter un masque n’est selon lui pas nécessaire à ce stade.

Source: Belga