Un parc pour accueillir les éléphants retraités des cirques

AFP . I.S. Kodikara

C’est une première européenne : en France, un refuge de 29 hectare destiné aux éléphants venus des cirques et des zoos ouvrira bientôt ses portes. Ces pachydermes pourront donc profiter paisiblement de leur retraite tout en étant choyés par des soigneurs.

De plus en plus de cirques se réinventent et proposent désormais des spectacles sans animaux. Un choix un peu forcé, dans la mesure où de plus en plus de villes européennes interdisent désormais tout simplement les cirques avec animaux sauvages. Mais alors, qu’adviennent ces animaux qui ont passé leur vie au sein des cirques ?

Dans le Limousin, en France, deux soigneurs belges ont décidé de construire un sanctuaire pour accueillir les éléphants en fin de vie professionnelle, ou vieillissants dans les zoos.

Tony et Sofie sont tous deux anciens soigneurs animaliers du zoo d’Anvers, spécialisés dans les pachydermes. « Il n’est pas toujours possible de ramener les éléphants venus des cirques dans leur pays d’origine », expliquent-ils sur leur site. « Par contre, il est tout à fait possible de leur créer un havre de paix ». C’est le projet dans lequel ils se sont lancés, sur un terrain de 29 hectares situé à Bussières Galant, (sud-ouest de la France). Leur mission sera de soigner et resocialiser leurs pensionnaires, les réhabiliter.

Projet ambitieux

La construction du sanctuaire est déjà en cours. « Elephant Haven » (« le Paradis des éléphants), devrait donc ouvrir ses portes dans le courant de cette année. Il devrait être ouvert au public, avec l’idée de sensibiliser les citoyens au respect et au bien-être des animaux.


Un projet ambitieux, qui repose énormément sur le travail des bénévoles, mais qui représente tout de même un sacré coût : 500.000€. « Elephant Haven » a déjà été soutenu par des associations One Voice, La fondation Brigitte Bardot ou encore la WAP.

Pour soutenir ce projet inédit en Europe, les dons peuvent se faire via le site, le crowdfunding ou le moteur de recherche Lilo. Les contribuables belges peuvent en outre faire des dons fiscalement déductibles via la « Fondation Roi Baudouin ».