Les éco-crèches, des alternatives durables aux crèches traditionnelles

Ph. Pixabay

L’été dernier, deux éco-crèches ont ouvert leurs portes dans la commune bruxelloise de Laeken. Des modèles de crèche écologique fleurissent un peu partout en Belgique. Zoom sur un projet pédagogique durable et innovant.

Le secteur de la petite enfance connaît aussi sa révolution verte. La première crèche certifiée bio de Wallonie a ouvert ses portes en 2015 à Vottem, près de Liège. Le succès a été tel que rapidement l’établissement s’est agrandi pour doubler sa capacité d’accueil. Le concept a également donné des idées à d’autres et des éco-crèches, également présentées comme des crèches bio, existent désormais aux quatre coins du pays.

Un projet pilote à Laeken

Inaugurées le 20 août dernier dans le nouveau quartier Tivoli GreenCity, les deux éco-crèches de Laeken sont les premières de Bruxelles. Elles constituent un projet pilote et la Ville de Bruxelles a annoncé qu’elles serviront d’exemple pour les autres crèches qui ouvriront leurs portes dans la capitale. Ces deux éco-crèches peuvent chacune accueillir une soixantaine d’enfants.

«Nos enfants ont ici une alimentation saine et naturelle dans un environnement apaisant. Notre objectif est le zéro déchet. Nous avons déjà économisé plus de quatre bennes à ordures par semaine. La qualité environnementale des jouets, du mobilier et des produits d’entretien fait l’objet d’une attention particulière. Les bonnes pratiques seront généralisées à l’ensemble de nos structures d’accueil. C’est comme cela que nous réaliserons, par exemple, une économie de plus de 50.000 bouteilles en plastique par an», explique l’Échevin de la Petite Enfance, Arnaud Pinxteren.

Des aliments bio mais pas seulement

Ces crèches «nouvelles générations» proposent une alimentation et du lait en poudre 100% bio ainsi qu’un jour sans viande par semaine. Elles ont également des objectifs zéro plastique (utilisation de vaisselle durable et réutilisable ainsi que des biberons en verre) et zéro déchet (de l’eau en bouteille en verre pour les nourrissons et de l’eau du robinet pour les plus grands, un projet de compost). La démarche ne s’arrête pas là. Une attention particulière est portée aux produits d’entretien utilisés ainsi qu’aux mobiliers (qui doit répondre à éco-label européen ou être fabriqué à partir de bois labélisé ou de matières synthétiques recyclables) et aux linges (label Oeko-Tex) qui équipent la crèche. Les jeux et les jouets proposés aux enfants sont également durables, en étant par exemple fabriqués en bois. Enfin, ces crèches fournissent des langes écologiques et biodégradables et acceptent les langes lavables.

Des prix identiques

Cerise sur le gâteau: pour les parents, les prix restent ceux d’une crèche standard. «Ces crèches pilotes démontrent que des gestes plus respectueux de notre environnement ne sont pas synonymes de surcoût pour les parents. Les enfants profitent de lait 100% bio 10% moins cher que les laits en poudre standard. Idem pour l’eau du robinet, après contrôle, elle permettra une réduction de 100 fois le prix à celui de l’eau en bouteille», souligne la Ministre de l’Enfance de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Bénédicte Linard.

Thomas Wallemacq

Cinq principes d’une éco-crèche

À l’occasion de l’inauguration des deux éco-crèches à Laeken, la Ville de Bruxelles a lancé une campagne pour expliquer le principe d’une éco-crèche. Voici les cinq principaux points:

1. Un objectif zéro plastique

2. Un objectif zéro déchet

3. Un objectif 100% bio et équilibré

4. Un environnement éco-responsable

5. Un matériel durable