L’émergence du mouvement #tradwife, à l’opposé du féminisme

Ph. Capture d'écran YouTube / "The Darling Academy"

Se soumettre à votre mari comme dans les années 50 : voici  la nouvelle tendance qui émerge dans les ménages britanniques, nous apprend le Daily Mail. Vous pouvez même suivre une formation pour devenir une femme au foyer parfaite.

En réaction au mouvement #metoo et à l’opposé du féminisme radical, la tendance « tradwife » se fait de plus en plus populaire au Royaume-Uni.

Déjà bien établi aux États-Unis, ce mouvement voit les femmes revenir aux rôles traditionnels de femme au foyer qu’elles occupaient dans les années 50. Il estime qu’elles ne devraient pas travailler mais plutôt passer leurs journées à cuisiner, nettoyer, porter des vêtements féminins et modestes, mais également se soumettre à leur mari et le porter au premier plan.

« Darling Academy »

Alena Kate Pettit a lancé la « Darling Academy », un vlog qui enseigne aux femmes la féminité. « Je parle d’étiquette, de style de vie féminin, et d’être une femme au foyer traditionnelle », confie-t-elle à la BBC. « Je ne m’attendrais pas à ce que mon mari rentre à la maison après une longue journée de travail et cuisine pour moi. Mon travail consiste essentiellement à être femme au foyer », explique-t-elle encore. « C’est presque exploiter le meilleur de ce qui a fait la Grande-Bretagne à une époque où vous pouviez laisser votre porte d’entrée ouverte. Les temps changent et nous ne connaissons plus l’identité de notre pays ».

La mère d’Alena était célibataire et travaillait à plein temps. La maison était devenue un « énorme fardeau » pour elle. Alena a réalisé qu’elle ne voulait pas la même vie. Son mari, qui croit également aux mêmes valeurs traditionnelles, a proposé de «prendre soin d’elle». «C’est presque comme si le conte de fées était devenu réalité», a-t-elle confié.

« Le féminisme supprime un choix »

Lorsqu’elle avait 20 ans, Alena se décrivait comme une fille « carriériste » qui regardait « Sex and the City ». Mais ne s’identifiant pas à son personnage, elle s’est dirigée vers un mouvement clandestin de femmes qui pensaient comme elle.

«Mon point de vue sur le féminisme est qu’il s’agit de choix. Dire que vous pouvez entrer dans le monde du travail et rivaliser avec les hommes mais que vous n’êtes pas autorisé à rester à la maison – pour moi, c’est supprimer un choix».

Un mouvement qui s’étend

Le mouvement #tradwife est controversé car il affirme que les femmes devraient «se soumettre» à leurs maris. Pourtant, il s’étend à plusieurs pays comme le Brésil, l’Allemagne et le Japon tandis que les livres enseignant aux femmes comment devenir des femmes au foyer parfaites redeviennent populaires. Le livre de l’Américaine Helen Andelin, « Fascinating Womanhood », paru en 1963, n’a jamais eu autant de succès.

La fille de l’auteure, Dixie Andelin Forsyth, a même créé une « classe de la féminité », regroupant 100.000 adeptes ! « Le mouvement monte car les femmes en ont assez du féminisme au Royaume-Uni et ailleurs », confie-t-elle au magazine Stylist. « Nous disons aux féministes: merci pour le pantalon, mais nous voyons la vie différemment ».