Faites du ramdam au cinéma ou en musique

Typh Barrow

La musique est timidement de retour en ce début d’année. Quelques concerts tout en douceur ou pour se faire les muscles, et surtout la fête à ‘Django’ en festival. Quant à Tournai, c’est l’occasion d’y faire pas mal de ramdam.

Beaucoup de ramdam

« Bombshell »

La 10e édition du « Ramdam festival » de Tournai, « le festival du film qui dérange », aura lieu du 18 au 28 janvier. Ce rendez-vous cinématographique avait attiré près de 30.000 spectateurs l’an dernier, soit 10% de plus que l’édition précédente.

Les organisateurs qualifient l’événement de festival du film « qui dérange », c’est-à-dire qui suscite le débat, interpelle, fait réfléchir ou choque.

Forte de 52 films, dont 10 réalisés par des femmes, la programmation inclut des oeuvres d’aujourd’hui mais aussi d’hier issues de plusieurs pays à travers le monde. Parmi les projections à l’affiche, on retrouve « Madame », un film féministe et humaniste, « Antigone », « Bombshell », « Bik Eneich » (« Un fils »), le documentaire « The great green wall » ou encore « American skin ». Plusieurs de ces films sont en avant-première européenne ou belge.

Jusqu’au 28 janvier, Imagix accueille par ailleurs l’exposition « Si les objets pouvaient parler », le fruit d’une collaboration entre le centre régional psychiatrique « Les Marronniers », l’Ecole supérieure St-Luc et le Ramdam festival. L’événement veut « déstigmatiser la psychiatrie » en présentant des photographies et des récits de vie de patients.

Gloire à Django

Photo Festival Djangofolllies

La vingt-sixième édition des « Djangofolllies » a lieu jusqu’au 31 janvier un peu partout en Wallonie, à Bruxelles et en Flandre avec une programmation riche et éclectique.

Cette manifestation met en lumière des musiciens confirmés mais aussi de jeune talents émergents qui rendent tous hommage au mythique guitariste de jazz Django Reinhardt. La vedette de ce festival est sans doute le chanteur et guitariste américain Dan Gharibian qui fera vibrer le public grâce à ses ballades tsiganes, russes et arméniennes. Il sera accompagné du guitariste Benoît Convent et de l’accordéoniste Antoine Girard.

Relevons également, les concerts donnés par le guitariste Paulus Schäfer flanqué du saxophoniste Jacco van Santen, par Fapy Lafertin, figure belge du jazz manouche, et son « New Quartet », composé d’Alexandre Tripoli (violon), Renaud Dardenne (guitare) et Cédric Raymond, qui viendront présenter leur dernier album, ou encore par le « Modern Manouche Project » de Dario Napoli qui a invité pour l’occasion le même Paulus Schäfer.

Django Reinhardt avait créé un genre nouveau appelé le « Hot Jazz Club » ou « Swing gitan ». Il était un guitariste virtuose avec une sensibilité acérée pour la mélodie, l’équilibre et la structure, fusionnant des éléments du jazz, de la musette et de la musique tsigane. Il avait perdu l’usage d’un doigt dans un incendie et il avait, de ce fait, mis au point une technique de jeu d’une grande virtuosité qui le différenciera des autres.

Music Maestro

Keane

Les salles de concert se réveillent timidement en ce début d’année mais ont quelques jolies choses à nous mettre sous la dent dans les prochains jours. Cela commencera ce vendredi soir, au Botanique, avec Typh Barrow qui viendra présenter son nouvel album « Aloha ».

Dans un tout autre style, While She Sleeps viendra titiller les fans de metalcore, au même moment, à l’Ancienne Belgique, tandis que Keane prendra également possession de la grande salle de l’AB ce lundi 20 janvier, assorti d’une belle collection de tubes.

Arno s’y installera carrément durant trois jours, du jeudi 23 au samedi 25 janvier, pour fêter ses 70 ans.

Enfin, le festival annuel de hardcore Persistence Tour, y fera également halte ce dimanche 19 janvier avec notamment Agnostic Front, H20, ou encore Wisdom in Chains. Au rayon clubbing, un nom surtout à retenir, celui d’Anthony Rother qui sera ce samedi soir en dj set au C12.