La Fashion Week de Londres se réinvente

AFP / Ben Stansall

La Fashion Week de Londres dédiée aux collections hommes automne-hiver 2020-2021 s’exporte en partie à Milan, une collaboration inédite destinée à élargir son public international et à envoyer « un message » à moins d’un mois du Brexit.

Des « London Show Rooms », avec des designers émergents britanniques et italiens, une installation artistique et un défilé de A-Cold-Wall, marque du jeune styliste anglais Samuel Ross seront notamment organisés dans la ville italienne.

Autre manière d’atteindre de nouveaux publics, les défilés organisés sur le principal podium londonien sont diffusés en direct sur le compte Instagram officiel de la Fashion Week.

Désertée par les grands noms de la mode britannique comme Burberry, la Fashion Week hommes fait la part belle aux jeunes stylistes prometteurs comme la Britannique Bethany Williams, qui se distingue par son approche écologique et sociale et présentera samedi sa collection.

Cette jeune femme de 29 ans a été consacrée « Talent émergent » (collections hommes) le mois dernier lors de la cérémonie annuelle des Fashion awards, récompenses de la mode britannique.

Egalement âgée de 29 ans, Grace Wales Bonner, est aussi un nom à suivre. Depuis qu’elle a lancé sa marque éponyme en 2014, elle a remporté le prix LVMH pour les jeunes créateurs et collaboré avec Dior.

Cette Fashion Week est la dernière avant la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, prévue fin janvier. En annonçant sa collaboration avec Londres, le président de la Camera della moda (Chambre de la mode) italienne, Carlo Capasa, a expliqué le mois dernier que ce partenariat était « aussi un message en plein (débat sur le) Brexit: nous, comme entreprises de mode, voulons que nos pays continuent à collaborer ».