Ne jetez plus, donnez ! Quand solidarité et recyclage font bon ménage

BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Il y a quelques jours, le Black Friday a beaucoup été critiqué par la folie consumériste qu’il a entraîné. Le sujet est moins souvent évoqué mais, parallèlement aux achats, beaucoup de personnes jettent aussi des objets en bon état. Qu’elles soient basées sur la solidarité ou sur des idéaux écologiques, voici une série d’alternatives pour donner une nouvelle vie aux objets dont vous n’avez plus l’utilité.

Vous avez sans doute déjà pu en faire l’expérience en regardant les poubelles dans les rues ou lors d’une visite au parc à conteneur. Lorsque vient le moment de faire de la place ou du rangement chez soi, la tentation peut être grande pour certains de choisir la facilité et de tout envoyer valser au conteneur, y compris des objets qui peuvent encore servir. Cela peut être des livres, ce vieux téléviseur cathodique remplacé depuis longtemps par un écran plat ou encore la vieille chaîne hi-fi que votre ado, aujourd’hui devenu grand, n’a pas repris avec lui en quittant la maison. Si ces objets n’ont plus aucune utilité pour vous aujourd’hui, vous pouvez leur offrir une seconde vie et vous seriez étonné de voir à quel point ils pourraient faire plaisir à d’autres personnes et aider des associations qui en ont besoin!

BELGA PHOTO ERIC LALMAND

Direction Internet!

Si vous voulez vous débarrasser de quelque chose, le premier réflexe que vous pouvez avoir est de vous tourner vers le web afin de voir si ça peut intéresser quelqu’un. Saviez-vous que le mot-clé le plus recherché sur le site 2ememain était le terme «à donner»? De nombreux internautes sont donc à la recherche d’objets à donner et seront prêts à se déplacer pour venir le chercher. Cependant, 2ememain grouille d’arnaqueurs et vous serez rapidement contacté par des personnes qui vous diront qu’elles sont prêtes à payer pour que vous leur envoyez l’objet en question.

Fin 2017, Facebook a lancé son «Marketplace» en Belgique. Un peu plus sûr que 2ememain puisque vous pouvez vérifier le profil de votre interlocuteur, la plate-forme regorge également d’objets à donner. Plus efficaces encore: les groupes privés locaux qui filtrent les inscriptions. À Bruxelles, le groupe «BXL à Récup’» compte près de 15.000 abonnés tandis que dans le Brabant wallon, «Louvain-la-brocante» a plus de 40.000 membres. Ces derniers jours, il y avait ainsi quelqu’un qui donnait du bois, une autre les 25 volumes de l’encyclopédie Universalis, tandis qu’un habitant offrait des plantes à venir chercher dans son jardin et qu’un autre se séparait d’une table et de quatre chaises. Même si l’objet est cassé ou en pièce détachée, vous seriez surpris de voir qu’il puisse intéresser quelqu’un.

Enfin, il existe également des sites spécifiques dédiés au don comme Donnons.orgGeev.com ou encore Toutdonner.be.

Les boîtes à dons

Si vous avez des vêtements dont vous souhaitez vous séparer, optez pour les conteneurs à vêtements. Les «bulles à vêtements» font partie du paysage en Belgique. Exploitées par l’asbl Terre (plus de 2.500), Les Petits Riens, Curitas (plus de 2.000) ou encore Oxfam (près de 600), il y en a des milliers aux quatre coins de la Belgique. En y déposant vêtements et chaussures, vous leur offrez ainsi une seconde vie et surtout, vous venez en aide à des personnes plus démunies.

Si vous souhaitez vous débarrasser de livres, les boîtes à livres fleurissent un peu partout en Belgique depuis quelques années. Le site Vivreici a créé une carte interactive qui répertorie les boîtes à livres en Wallonie et à Bruxelles. Vous pouvez non seulement y déposer votre livre mais également prendre ceux laissés par les autres. Découvrez la carte sur bit.ly/boitesalivres

Les boutiques et les associations

Au-delà des 5.600 bulles à vêtements en Belgique, il y a également un réseau de plus de 140 boutiques qui accueillent les dons toute l’année. Pour avoir la certitude que les biens dont vous vous séparez iront au profit d’un projet de solidarité, le réseau RESSOURCES a créé le label Solid’R.

Si vous souhaitez vous défaire de livres, d’électroménagers, de matériel informatique, de vélos ou d’objets du quotidien, la carte interactive disponible sur le site www.res-sources.be, vous permettra de trouver l’endroit adéquat près de chez vous.

Si vous n’avez pas la possibilité de vous déplacer, de nombreuses associations proposent de venir récupérer gratuitement vos dons à votre domicile. C’est le cas des Petits Riens, un peu partout en Belgique, de l’association 3R (3r-caractr.be) dans la région liégeoise, de la Fol’Fouille (leglantier.be) dans le Brabant wallon ou encore de l’asbl RE.C (recasbl.be) pour les régions de Tournai, Mouscron et Ath. Dans la province de Namur, la Ressourcerie namuroise (laressourcie.be) propose un service gratuit de collecte d’encombrants.

BELGA PHOTO ERIC LALMAND

Le réseau de magasins de seconde main d’Oxfam-Solidarité accepte également les dons de vêtements, de chaussures mais aussi de CD, DVD, articles de maison, livres, jeux ou encore des meubles. Même chose du côté des Vestiboutiques de la Croix-Rouge mais uniquement pour les vêtements et les jouets.

Enfin, au niveau local, de nombreuses associations se font un plaisir d’accueillir les dons matériels en tout genre. Elles manquent malheureusement souvent de visibilité mais renseignez-vous auprès de votre commune.

Thomas Wallemacq