« Ne détricotons pas ce qui a été fait jusqu’à aujourd’hui »

Dans les discussions en vue de la formation d’un gouvernement fédéral, « le MR est équidistant: avec la N-VA ou sans elle; avec Groen ou sans. Nous ne fermons aucune porte », a réaffirmé le nouveau président des libéraux, Georges-Louis Bouchez, sur le plateau de « C’est pas tous les jours dimanche », sur RTL-TVI. « Mais ne détricotons pas le peu qui a été fait jusqu’à aujourd’hui », a-t-il nuancé alors que Paul Magnette doit à nouveau faire rapport au roi demain/lundi. Sa mission d’information sera-t-elle prolongée ou le souverain décidera-t-il de tester une nouvelle formule? Rien ne filtre ce dimanche même si la possibilité d’une entrée en scène de Bart De Wever, en duo avec Paul Magnette, a une nouvelle fois été évoquée, notamment par Sammy Mahdi, le candidat malheureux à la présidence du CD&V.

« Si on n’essaie pas de laisser le président de la N-VA prendre l’initiative, on continuera à ne pas avancer », a-t-il ainsi estimé sur RTL-TVI. « Dans un premier temps, il faut continuer à tenter d’avoir une majorité dans les 2 parties du pays », a-t-il ajouté.

Un avis partagé par Francesco Vanderjeugd, l’un des candidats à la présidence de l’Open VLD selon qui « il ne serait pas mal que Bart De Wever mette les mains dans le cambouis ». « Nous avons besoin d’une majorité forte. Une majorité aussi serrée que celle de l’arc-en-ciel à la Chambre – 76 sièges sur 150, ndlr – pourrait très vite se transformer en plus de majorité du tout. J’espère que nous choisirons la stabilité », a-t-il dit dans l’émission De Zevendag Dag (één) et sur RTL-TVI.

« Il faut une majorité assez large. Avec 76 sièges sur 150, on ne pourra pas tenir 5 ans », a de son côté renchéri Georges-Louis Bouchez. « Nous souhaitons la plus grande assise démocratique possible, sans déséquilibre trop fort entre les communautés, mais si ça ne marche pas, on ne va pas bloquer le pays indéfiniment », a-t-il encore dit.

Par ailleurs, s’il y a effectivement « urgence » à former un gouvernement fédéral, « le monde ne va pas s’arrêter de tourner » après la rencontre de lundi entre Paul Magnette et le roi, a poursuivi le président du MR. « Il ne faut pas s’enfermer dans un discours ‘oui ou non’. C’est plus complexe que ça et si nous avons besoin de quelques tours de discussions supplémentaires, nous le ferons », a-t-il assuré. « Mais il ne s’agit pas de perdre du temps pour le plaisir d’en perdre et de nommer quelqu’un pour le symbole. Ne détricotons pas le peu qui a été fait jusqu’à aujourd’hui », a conclu Georges-Louis Bouchez.

Source: Belga