Près de 9.000 nouvelles centrales hydrauliques menacent la biodiversité en Europe

AFP photo

La multiplication des centrales hydrauliques constitue une grave menace pour la biodiversité en Europe, s’inquiète l’organisation de protection de l’environnement WWF. Selon son inventaire, l’Europe compte 21.387 centrales hydrauliques tandis que 8.785 infrastructures supplémentaires sont prévues ou en construction. Près de 30% de ces centrales se trouvent dans des zones protégées, principalement dans des parcs nationaux et des sites naturels.

Dans son premier inventaire des centrales hydrauliques en Europe, le WWF remarque que les rivières sont déjà saturées alors que les règles de l’Union européenne devraient limiter le nombre de nouvelles infrastructures. L’organisation souligne également l’augmentation « alarmante » du nombre de petites centrales, qui produisent pourtant peu d’énergie.

Les barrages hydrauliques détruisent les rivières et leur environnement, contribuant à la perte de biodiversité en eau douce, explique le WWF. Ces installations modifient notamment le débit naturel d’un fleuve, bloquent les voies de migration des poissons, affectent la survie des espèces vulnérables et piègent les sédiments qui protègent les rives face aux inondations.

155 centrales en Belgique

L’étude fournit « des preuves accablantes » de l’échec des gouvernements en matière de protection des rivières et de la biodiversité, ajoute le WWF. La directive-cadre sur l’eau de l’UE impose aux États membres de veiller à la bonne santé de toutes les rivières d’ici 2027 mais les barrages hydrauliques constituent « un obstacle majeur » à la réalisation de cet objectif, poursuit l’organisation. La plupart des projets hydroélectriques prévus concernent les Balkans tandis que le problème reste limité en Belgique.

Selon l’inventaire de le WWF, le pays compte actuellement 155 centrales hydrauliques et 7 nouvelles installations sont prévues.