« À couteaux tirés », le Cluedo géant de Rian Johnson

Une mort mystérieuse à élucider, un détective un peu étrange, et une famille pleine de suspects: bienvenue dans ‘Knives Out’ (« À couteaux tirés »^), une des bonnes surprises de cette fin d’année! Entre énigme et satire sociale, ce film atypique réunit un casting éclectique. Présenté le mois dernier au Festival de Gand, son réalisateur Rian Johnson (‘Looper’, ‘Star Wars’) était là pour nous en parler.

Knives out’ est une énigme qui mélange les époques: l’inspiration vient du début du 20e siècle, mais vous replacez le film dans un contexte actuel…

Rian Johnson: «Oui, c’était l’idée de départ: connecter le vieux genre du ‘whodunit’ (roman policier à énigme, venu d’Angleterre dans les années 20, NDLR), à l’époque actuelle. Et ça ne veut pas juste dire qu’on met des smartphones dans les mains des acteurs! Je voulais que les personnages soient vraiment imprégnés de la culture actuelle. Une inspiration majeure de ce film est Agatha Christie, et dans ses romans elle développait chacun des personnages, pour que tout le jus ne soit pas uniquement dans l’énigme à élucider. Il y avait des figures emblématiques de cette époque d’après-guerre, comme le vieil oncle grognon sorti de l’armée qui peste car les jeunes ne le respectent pas (rires). J’ai voulu actualiser ces stéréotypes, pour les adapter à l’époque actuelle.»

Quels sont les stéréotypes de l’époque actuelle, alors?

«Il y a par exemple celui de la ‘coach lifestyle’, incarnée par Toni Collette (‘Sixième Sens, ‘Hérédité’), une sorte d’influenceuse Instagram. Sa fille Meg (Katherine Langford de ’13 Reasons Why’, NDLR), l’étudiante aux beaux-arts qui se considère super progressiste. Ou encore Jacob (Jaeden Martel de ‘Ça’, NDLR), le cousin qui aime ‘troller’ sur internet…»

On a les mêmes en version européenne: la féministe «bobo-islamo-gauchiste», l’oncle réac, l’ado vissé sur son portable…

«En effet (rires). C’est très polarisé, tout le monde se déteste! Dans ma famille ou mes amis, il y a des avis politiques différents du mien, et on se dispute beaucoup, exactement comme dans le film. Je pense que c’est universel. Donc ça fait du bien d’en rire un peu! Mais même si le film a un propos politique, je ne voulais pas qu’il soit moralisateur. C’est avant tout un divertissement.»

Daniel Craig, Jamie Lee Curtis, Don Johnson, Toni Collette, Chris Evans… Comment avez-vous réuni ce casting impressionnant?

«C’est grâce à Daniel Craig, c’est le premier à avoir dit ‘oui’!»

C’est vrai qu’il est assez génial dans le rôle du détective Benoît Blanc…

«Oui, hein? Ça se voit qu’il s’éclate. Je pense qu’il était prêt (rires). À cause de son rôle de James Bond je m’attendais à quelqu’un de super-sérieux… en fait, pas du tout: il est très fun! Et comme tout le monde veut travailler avec Daniel Craig, ça a attiré le reste du casting, un par un.»

Vous écrivez toujours les scénarios de vos films. Quelle différence entre un film indépendant et ‘Star Wars: les derniers Jedi’, en termes de liberté de création?

«La différence avec ‘Star Wars’ c’est qu’on est plusieurs, alors que j’ai l’habitude de travailler seul. Mais le résultat pour moi était tout aussi personnel. Certes, il y a une vision collective à respecter, mais j’ai aussi pu insuffler ma vision personnelle de Star Wars. Je ne me suis pas senti pris dans une ‘grosse machine’, je me sens très chanceux d’être entouré de bonnes personnes, et c’est pour ça que je vais continuer (une trilogie est prévue, NDLR)!»

Elli Mastorou

Notre critique du film « À couteaux tirés »

Petite leçon d’Anglais: savez-vous ce qu’est un ‘whodunnit’ (prononcez ‘houdeunite’)? Ce terme qu’on pourrait traduire en Français par ‘kicékilafé’, désigne un roman d’énigme classique. Un genre popularisé notamment par Agatha Christie avec son détective belge Hercule Poirot (‘Le Crime de l’Orient-Express’). Un genre que Rian Johnson (‘Star Wars: The Last Jedi’) a décidé de revisiter… avec une dose de modernité. Le pitch? Alors que toute la famille vient d’arriver dans son manoir pour fêter ses 85 ans, le romancier célèbre Harlan Thrombey est retrouvé assassiné. Et selon le détective Benoit Blanc (Daniel Craig, épatant en anti-James Bond), tous, de la nièce bobo-écolo (Toni Collette) à l’oncle réac (Don Johnson) en passant par le neveu fauché (Chris Evans), ont une bonne raison d’être suspectés. Entre deux disputes sur la politique de Trump, le spectateur est invité à chercher les indices et deviner le meurtrier. Casting cinq étoiles, répliques qui tuent et indices à deviner: bienvenue dans une partie de Cluedo explosive, qui chatouille malicieusement nos pires défauts en tant que société.(em) 4/5