Pour le co-fondateur d’Extinction Rebellion, l’Holocauste n’est « qu’une simple connerie »

Ph. Facebook

Le co-fondateur d’Extinction Rebellion (XR), Roger Hallam, a jugé mercredi dans une interview que l’Holocauste n’était «qu’une simple connerie de plus dans l’histoire humaine», s’attirant les foudres de l’antenne allemande du mouvement écologiste qui lui reproche de minimiser le génocide des Juifs.

Dans un entretien à l’hebdomadaire Die Zeit à paraître jeudi, le Britannique de 53 ans a estimé que des génocides s’étaient déroulés de manière répétée au cours des cinq derniers siècles. «En fait, on pourrait dire que c’est comme un événement régulier», selon des extraits de l’interview diffusés mercredi par le magazine.

«Le fait est que des millions de gens ont régulièrement été tués dans des circonstances cruelles au cours de l’Histoire», a-t-il souligné, jugeant que l’Holocauste, au cours duquel 6 millions de Juifs ont été exterminés, n’était «qu’une simple connerie de plus dans l’histoire humaine».

XR Allemagne se distancie

Roger Hallam a également assuré que la culture de la repentance, socle de l’identité allemande depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, paralysait les Allemands. «Un traumatisme poussé à l’extrême peut créer une paralysie (qui empêche) d’en tirer les leçons», a souligné l’activiste.

L’antenne allemande d’Extinction Rebellion a promptement dénoncé ces propos de Roger Hallam, qu’elle a déclaré persona non grata en Allemagne. «Nous nous distançons nettement des déclarations de Roger Hallam qui minimisent et banalisent l’Holocauste», écrit-elle dans un message sur Twitter. «Roger bafoue les principes des XR qui ne tolèrent pas l’antisémitisme et n’est plus le bienvenu chez XR Allemagne.»

Le mouvement, né au Royaume-Uni fin 2018, prône la désobéissance civile pour contraindre les gouvernements à agir face à la crise climatique.

Début octobre, il avait lancé une vague d’actions dans le monde: ses militants avaient grimpé sur des avions, s’étaient collés avec de la glu aux bâtiments, tandis que d’autres bloquaient des ponts et la chaussée.