Résidences-services et actions immobilières, deux alternatives pour investir dans l’immobilier

Ph. Unsplash

Posséder sa propre habitation est souvent un rêve. Mais il est également possible d’investir dans l’immobilier pour la location. Les actions immobilières constituent une alternative.

Un vaste choix s’offre à ceux qui souhaitent investir dans l’immobilier. Ils peuvent certes acquérir leur propre maison, mais d’autres possibilités d’investissement sont envisageables: il peut s’agir d’un appartement au bord de la mer, de kots pour étudiants, de garages, de chambres d’hôtel… que vous pouvez louer afin d’obtenir un certain rendement. Mieux vaut toutefois être informé des règles, des coûts, des implications fiscales,etc.

Les résidences-services

De plus en plus de résidences-services sont proposées à la vente. Elles sont intéressantes pour ceux qui ont repéré un bon emplacement et souhaitent éventuellement y vivre plus tard. En attendant, la résidence-services peut être louée. Il s’agit d’un marché en croissance, d’autant plus que la demande augmente et que la résidence-services peut donc aisément être vendue si nécessaire. Lors de votre choix, veillez toutefois à tenir compte des environs et des installations dans le quartier car ils représentent souvent une valeur ajoutée. La finition de la résidence-services doit également être de haute qualité et durable, les exigences à cet égard étant susceptibles d’augmenter. Si la qualité n’est pas satisfaisante, vous courez le risque de devoir entreprendre des travaux de rénovation au moment où vous souhaiterez vous-même vous y installer.

L’aspect financier

Les résidences-services doivent respecter les normes en vigueur pour assurer la sécurité et, par exemple, être accessibles aux utilisateurs de fauteuils roulants, ce qui augmente le prix de revient. Les faibles taux d’intérêt actuels constituent aussi un avantage qui incite à investir. Mais il s’agit d’un investissement à long terme et l’évolution des taux d’intérêt est incertaine. Autre facteur changeant: la construction massive de résidences-services, pouvant entraîner une réduction de la demande avec le temps. Alors, comparez minutieusement l’offre du marché et faites-vous bien conseiller, également en ce qui concerne les perspectives d’avenir.

Les actions immobilières

Vous pouvez répartir vos investissements immobiliers en achetant des actions immobilières. Dans ce cas, vous n’achetez pas des briques, mais des valeurs immobilières. Vous pouvez acheter des actions auprès d’une société immobilière réglementée (SIR). Une telle société dispose d’un portefeuille immobilier comprenant entre autres des bureaux et des commerces, parfois situés à l’étranger. Certaines SIR gèrent des complexes résidentiels pour personnes âgées, tels que des résidences-services. Vous payez 15% de précompte immobilier sur ces dividendes et 30% sur les autres. Il s’agit d’une incitation du gouvernement à investir dans les soins aux personnes âgées. Avec cette formule, vous n’acquérez pas une résidence-services, mais en partagez les revenus.

Pour les plus petits budgets

Les actions immobilières sont également une option si votre budget n’est pas suffisant pour acheter votre propre habitation ou un bien immobilier supplémentaire. Les SIR sont soumises à des contrôles gouvernementaux assez stricts. Elles sont par exemple tenues de payer 80% de leur bénéfice distribuable. Les SIR ont également la possibilité d’effectuer des recherches appropriées sur le marché et de déterminer les rendements locatifs élevés possibles à long terme. Si vous achetez des actions immobilières, vous ne devez pas payer de frais d’enregistrement, comme lors de l’achat d’une maison. Vous pouvez également vendre vos actions rapidement. Mais des fluctuations boursières sont possibles.

Acheter et vendre

Il est logique de finaliser d’abord la vente de sa maison avant d’acheter une nouvelle propriété. Mais cela ne se passe malheureusement pas toujours ainsi. Quelques formules sont alors disponibles.

1. Le crédit-point. Vous voulez acheter une nouvelle habitation, mais votre maison actuelle n’a pas encore été vendue et vous avez besoin de cet argent pour effectuer l’achat. Vous pouvez alors demander à la banque un crédit-pont ou relais afin de pouvoir acheter votre nouvelle maison.

2. Si votre maison a déjà été vendue, mais que vous ne pouvez pas encore entrer dans votre nouvelle habitation, vous pouvez avoir recours à une indemnité d’occupation. Vous devrez alors convenir du laps de temps durant lequel vous pourrez continuer à vivre dans la maison et de la compensation que vous payerez pour cela.

3. Dans certains cas, vous pouvez inclure les droits de vente (anciens droits d’enregistrement) dans l’achat de votre nouvelle habitation.

4. Comme il s’agit de systèmes assez complexes présentant différentes options, il est recommandé de demander conseil à la banque ou au notaire.