Test : Football Manager 2020 revient avec un volet plus abouti que jamais !

Après FIFA et PES, attendus chaque année par les fans de football à la rentrée des classes, c’est au tour de Football Manager de révéler sa cuvée 2020 avec son lot de nouveautés et d’améliorations par rapport aux opus précédents. Véritable marronnier, ce jeu se concentre sur l’aspect tactique et la gestion d’un club de votre choix, dans la peau d’un entraîneur.

Bienvenue à Sunderland !

Pour faire nos premiers pas dans cette version test de Football Manager 2020, qui peut encore être sujette à des corrections d’ici la sortie du jeu le 19 novembre, nous avons opté pour l’équipe historique de Sunderland avec un seul but : retrouver au plus vite l’élite du football anglais. Depuis 2017, les Black Cats ont été relégués deux fois d’affilée et stagnent dans le ventre mou de la 3e division anglaise. Une situation impensable que l’on se devait de rectifier en tant que jeune entraîneur, prêt à diriger sa première équipe professionnelle.

Tout de suite, les dirigeants du club nous familiarisent avec la première nouveauté de cet opus, à savoir la vision sur le long terme de l’équipe. En effet, au lieu de ne penser qu’à la saison 2019-2020, le propriétaire Stewart Donald nous fait part de son projet et des attentes qu’il a sur les cinq prochaines années avec nous à la tête de son équipe. Nous voilà donc fixés : si l’on ne se conforme pas à ses désidératas, il faudra peut-être rapidement se trouver un nouvel employeur… de quoi immédiatement ressentir une certaine pression !

Ainsi, les dirigeants attendent de nous que nous remontions en Championship, ce qui semble être un minimum pour les titulaires du Stadium of Light. Outre les résultats, nos patrons peuvent également attendre de nous que l’on privilégie un certain type de recrutements, voire un certain fond de jeu. Dès ce moment, chacune de nos décisions pourra avoir un impact sur notre CV et nos potentiels futurs employeurs pourront nous questionner à propos de nos précédents dirigeants. Il est donc important de s’aligner à leurs priorités, afin de pouvoir durer sur le long terme dans l’univers du football et, qui sait, marquer l’histoire du ballon rond. Mais nous n’en sommes pas encore là…

Avant de commencer notre préparation en pré-saison, il est temps de passer en revue notre effectif et le staff technique, ce qui nous permet de souligner le travail effectué par les gars de Sports Interactive sur toutes les interfaces au niveau esthétique. Si d’entrée de jeu, on ne retrouve pas ses marques au niveau de la personnalisation de nos menus, une rapide recherche Google ou un peu de débrouillardise répondront à nos questions. Que dire de la base de données du jeu, qui est tout bonnement gargantuesque? Le jeu pousse toujours plus loin le souci du détail, en matière de joueurs comme en matière de professionnels (agents, médecins, préparateurs, etc.) qui animent le tentaculaire univers du ballon rond.

Façonner son équipe

Une fois l’effectif de l’équipe ainsi que le staff technique passés en revue, le constat est sans appel: il va absolument falloir se renforcer rapidement si l’on veut obtenir la montée dès la première saison. Rendez-vous donc dans l’onglet « Recrutement » pour voir quels éléments vont pouvoir renforcer cette équipe en perte de vitesse. Assez naturellement, c’est vers la Jupiler Pro League que l’on se tourne pour garnir notre secteur offensif. Mbokani ? Refus de négocier. Orlando Sà ? Refus de négocier. Thelin ? Refus de négocier. Cela ne va peut-être pas être si facile de se trouver un 9 pour appuyer l’iconique attaquant irlandais Will Grigg…

Une recherche plus approfondie dans la base de données pointe du doigt l’une des faiblesses de ce titre, à savoir un système d’observation de joueurs pas très intuitif et compliqué à prendre en main. Face à une telle masse de données, on peut facilement se sentir perdu au moment de réaliser une recherche pour trouver la perle rare. Et pour ce faire, pourquoi ne pas se diriger vers le centre d’apprentissage? Là aussi, les créateurs ont beaucoup travaillé pour faciliter la gestion des équipes des jeunes de votre club. Vous pourrez donc consulter de façon rapide et précise les rapports de votre directeur sportif quant aux espoirs du club, afin de dénicher le petit jeune qui pourra faire son trou dans l’équipe première. Le directeur sportif vous notifiera également des pépites que vous devez tenir à l’œil et de leur évolution, sans que vous deviez assister à tous ces matchs sur le bord du terrain. D’ailleurs, il est temps de se rendre sur le banc du Stadium of Light.

Un moteur 3D amélioré

On le sait, ce n’est pas pour en prendre plein la vue au niveau des graphismes footballistiques que l’on se lance dans l’aventure Football Manager. Les concepteurs ont toutefois une nouvelle fois tenté d’améliorer certains aspects du jeu avec un moteur graphique 3D remodelé. Les gardiens ont été revus afin de ne plus nous offrir des boulettes dignes de Loris Karius en finale de Ligue des Champions. Outre cela, c’est tout le jeu qui se montre désormais plus réaliste, notamment au niveau des passes, de la prise de décision dans les 30 derniers mètres et des déplacements des joueurs. On notera également quelques problèmes de caméras, notamment lorsqu’il s’agit de visionner un goal annoncé hors-jeu. Si le jeu nous offre toujours son lot de frustrations qui nous feront perdre nos cheveux derrière notre écran, on sent tout de même que l’on va dans la bonne direction.

Après quelques amicaux, il est donc temps pour Sunderland d’entamer la longue et douloureuse route vers la 2e division anglaise. Avec un modeste budget et une équipe vieillissante, il va sans dire qu’elle sera semée d’embûches et de déceptions, mais qu’il faudra compter sur eux pour se mêler à la course à la D2. Au rayon des inchangés, il est à noter que Football Manager 2020 reste frileux au niveau de la gestion financière du club, ne nous permettant qu’une modeste action sur la gestion du budget transfert et des salaires. Une piste à creuser pour les prochains volets ?

Notre verdict

Football Manager 2020 nous permet une fois de plus d’aller plus loin dans la gestion d’une équipe de foot. Il est simplement impossible de ne pas se perdre durant des heures dans l’immense banque de données du jeu, qui restera toujours son plus gros point fort. Si la simulation peut encore faire mieux sur certains points, comme le moteur graphique qui reste, malgré les améliorations, assez limité, ou l’aspect financier, qui mérite plus de renouvellement, elle est un indispensable pour tous les amoureux du ballon rond.

Sébastien Paulus

Découvrez le trailer de présentation :

REVIEW OVERVIEW
Football Manager 2020
SOURCESébastien Paulus