Le changement climatique responsable de la transmission d’une maladie mortelle chez les phoques

Ph. Unsplash

Une étude a établi un lien entre la fonte des glaces de l’Arctique et un virus proche de la rougeole qui a tué de nombreux animaux de l’océan Pacifique Nord.

Le changement climatique a des conséquences insoupçonnées. Une nouvelle étude scientifique, publiée dans la revue Scientific Report jeudi dernier, a établi un lien entre la fonte des glaces en Arctique et l’épidémie du virus de la phocine, proche de la rougeole, touchant les loutres de mer et les phoques dans le Pacifique Nord. Ce virus, qui ne touchait auparavant que les animaux de l’Atlantique, attaque aujourd’hui également les phoques, les loutres et autres otaries du Pacifique Nord.

Selon les scientifiques, c’est la fonte des glaces au niveau de l’Arctique qui serait responsable de la transmission de ce virus. En analysant les échantillons sanguins d’animaux morts entre 2001 et 2016, ils ont en effet remarqué que les pics d’infection du virus correspondaient à d’importants épisodes de fonte des glaces.

Pour cause, le changement climatique aurait permis la création de nouvelles voies marines reliant le Pacifique Nord et l’Atlantique via l’Arctique. « La réduction de la banquise qui constituait auparavant un obstacle pour les animaux pourrait avoir permis un contact accru » entre ces espèces qui n’étaient pas censées se croiser, expliquent les chercheurs.