Du cinéma Pink à la chimie en passant par la culture digitale

Photo Facebook / Les Garages Numériques

Les amoureux de musique, de cinéma, de sciences ou de culture en général auront vraiment de quoi faire dans les prochains jours. 

Digitale culture

Photo Le Motel & Åntøine De Schuyter

La 3e édition des Garages Numériques, un festival dédié aux arts visuels et sonores, investit jusqu’au 11 novembre la Bourse de Bruxelles. Les cultures digitales et électroniques sont présentées au travers d’une programmation artistique de jour et musicale de nuit.

Ce sont près de 35 artistes qui présentent leur travail. L’exposition centrale du festival montre une dizaine d’installations numériques réalisées par de jeunes artistes locaux, qui se sont inspirés de l’oeuvre de la plasticienne franco-américaine Louise Bourgeois, de celle de l’artiste sud-coréen Nam June Paik ou encore du travail actuel de l’artiste français Romain Tardy.

Le festival propose diverses expositions, conférences, performances et soirées clubbing. Les Nuits offriront un moment où les cultures numérique et électronique se confondent.

Une musique bien contemporaine

Photo Ars Musica

Le festival musical Ars Musica est de retour en cette année impaire pour fêter son 30e anniversaire. Son programme « tantôt rétrospectif, tantôt inédit » est proposé dans les plus grandes salles bruxelloises jusqu’au 29 novembre.

Cette édition anniversaire est l’occasion de revisiter certaines des grandes pages qui ont marqué l’histoire du festival. Le public pourra entendre « Complete string quartets » de Philip Glass, par le Quatuor Tana ou encore « Different trains » de Steve Reich, par le mythique Kronos kwartet.

Les nombreux concerts et évènements organisés dans le cadre du festival, dont certains sont gratuits, font également la part belle à la jeune création. Le programme de cette 30e mouture est proposé dans plusieurs salles bruxelloises comme Bozar, le Botanique, le Théâtre de la Balsamine, le Senghor, et pour la première fois, au Cinéma Palace.

Tout est chimie

Photo Facebook / Le Pass

Le célèbre tableau de Mendeleïev, créé en 1869, fête ses 150 ans. Le Parc d’Aventures Scientifiques à Frameries (PASS) marque l’événement avec l’exposition « L’Odyssée des Éléments » qui vise à plonger le public au cœur de la matière et à revisiter la chimie de façon interactive et ludique.

Cette nouvelle expo est une véritable promotion de la chimie et des sciences de la vie en particulier. Le nouveau projet veut donner, principalement au jeune public, le goût des sciences, plus spécifiquement de la chimie, et des métiers qui y sont liés.

L’année 2019 a été proclamée par l’Unesco année internationale du tableau périodique des éléments. L’expérience proposée au PASS est immersive et ludique. Elle permet au public de réaliser, via la technologie, que tout ce qui nous entoure est chimie.

Music Maestro

Emeli Sandé

Pas de méga stars cette semaine mais quelques noms qui en valent la peine à découvrir sur scène. Cela commence par Lou Doillon qui sera ce soir à l’Eden à Charleroi et à Het Depot à Leuven le 13.

Cela continue avec The Specials qui viendront faire résonner leur ska, ce dimanche, au De Roma d’Anvers. Au même moment, c’est Emeli Sandé qui prendra la Cirque Royal en main grâce à sa voix pleine de soul.

Au rayon ‘découvertes’, on jettera une oreille très attentive du côté de La Madeleine, à Bruxelles, ce lundi 11, avec la venue d’Alice Phoebe Lou. Mais un public similaire aura peut-être tendance à pousser, ce jour-là, du côté de l’Ancienne Belgique où chantera Aldous Harding.

Au Botanique, on nous annonce ce soir Ocean Wisdom, « the next big thing du rap », ainsi que Mannequin Pussy, dimanche, porté aux nues par le site Pitchfork lui-même, et enfin Shura et sa pop lo-fi le mercredi 13.

Le cinéma Pink !

« Lola vers la mer »

Le Pink Screens fête ses 18 ans! « L’âge de la maturité? Peut-être. L’âge de la rébellion, sûrement! », expliquent les organisateurs. Pour l’occasion, ils annoncent une programmation qui fait la part belle à la résistance, « avec un focus consacré aux luttes LGBTQI, féministes et minoritaires face à la montée des extrémismes et la percée de partis nationalistes, fascistes ou autoritaires, ici et ailleurs. »

L’Italie sera bien présente avec quatre longs-métrages qui puisent leurs thèmes dans la politique « machiste, intolérante et xénophobe » de la coalition gouvernementale sortante. La prison, lieu d’enfermement mais aussi de fantasmes, sera également mis en exergue, ainsi que les adolescences rebelles, les amoureuses vieillissantes, et les « technophiles plutôt queer ». Jusqu’au 16 novembre au cinéma Nova.