Le Goncourt échappe à Amélie Nothomb et récompense Jean-Paul Dubois

AFP / J. Saget

Le romancier français Jean-Paul Dubois a reçu lundi le prix Goncourt, le plus prestigieux des prix littéraires du monde francophone, pour «Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon» (L’Olivier), roman bouleversant et nostalgique sur le bonheur perdu.

Le lauréat remporte la 117e édition du prix au 2e tour de scrutin par 6 voix contre 4 à la romancière belge Amélie Nothomb et son livre «Soif» (Albin Michel). Déjà couronné par le prix Femina (en 2004 pour «Une vie française »), le Toulousain Jean-Paul Dubois, 69 ans, écrivain discret et populaire, a construit depuis une trentaine d’années une oeuvre qui séduit par sa délicatesse et sa profonde humanité.

«Soif», succès en librairie depuis sa sortie pour la rentrée littéraire, fait vivre au lecteur les derniers instants de la vie de Jésus, dans sa peau. Amélie Nothomb avait déjà été présélectionnée pour le Goncourt à deux reprises dans le passé en 1999 pour «Stupeurs et tremblements» et en 2007 pour «Ni d’Eve ni d’Adam».

Dans la foulée de cette annonce, le Renaudot a été octroyé à Sylvain Tesson pour « La panthère des neiges » (Galimard).