Un chat russe au centre d’un trafic de drogue en prison

Unsplash / T. Park - Photo d'illustration

La prison de Toula, à 150 km de Moscou, a été secouée par une affaire de trafic de stupéfiants. Les détenus se seraient servis du chat qui se déplaçait librement de cellules en cellules, fort apprécié de tous dans l’établissement pénitentiaire. L’animal a désormais échappé à la vigilance de tous et est recherché par les autorités. 

Un chat est actuellement recherché pour avoir pris part, bien malgré lui, à une opération de trafic de drogue, dans l’établissement pénitentiaire de Toula, avant de « s’évader ». En effet, le chat se déplaçait librement de cellules en cellules, ce qui a donné aux prisonniers l’idée de le charger de haschich sous son collier. Il était capable de transporter jusqu’à cinq grammes par voyage.

Si le trafic se déroule sans problème pendant un temps, le chat finit par être intercepté par un gardien alors qu’il transporte de la drogue. Déjà en prison, le chat a été formellement arrêté après avoir été intercepté. Sous la surveillance de chiens, l’animal a réussi à s’échapper, sans que l’on sache s’il avait été aidé par des gardiens. A ce jour, les recherches sont restées vaines et le chat est donc en liberté. Le tribunal a ainsi dû momentanément clore l’affaire, puisque ce chat est la seule pièce à conviction des juges.

Depuis, le quotidien indépendant « Kommersant » a décidé d’interroger les gardiens en charge de la surveillance du chat, se disant que ceux-ci étaient peut-être au courant du trafic de drogue entre prisonniers mais préféraient fermer les yeux. L’agence Ria Novosti a, quant à elle, rapporté que l’avocat des prisonniers voulait se retourné contre les gardiens qui avaient laissé filer l’animal de compagnie, sans qui les souris ont réapparu. Affaire à suivre…