Une BD pour dépasser les mythes sur le commerce des armes

Est-il moral de vendre des armes à des pays qui vont les utiliser pour mener des conflits meurtriers? Doit-on restreindre ce commerce, au risque de nuire à l’emploi? Le Groupe de Recherche et d’Information sur la Paix et la sécurité (GRIP) sort une bande dessinée intitulée «Le commerce des armes: un business comme un autre?», pour en savoir plus sur ce secteur si particulier.

Il est impossible de déterminer le nombre d’armes à feu qui circulent dans le monde mais une chose est certaine: il n’y en a jamais eu autant! Selon le GRIP, il y en aurait aujourd’hui plus d’un milliard. Leur usage est souvent la cause de massacres indéfendables, et pourtant, il semble bien compliqué de mettre un terme à leur production. Comment expliquer ce paradoxe? Le Grip apporte ici quelques éclairages.

Cette BD éducative met des chiffres sur un domaine très flou. Alors que la protection de l’emploi est souvent mise en avant au moment de délivrer des licences d’exportation d’arme, on y apprend le coût réel, finalement moins important qu’estimé, que représenterait la fin de l’industrie de l’armement en Belgique. On découvre comment sont vendus ces outils meurtriers, les techniques marketings utilisées (parler de technologie de défense et de taux de létalité plutôt que d’armes et de capacité à tuer)… «C’est un secteur complexe, nous avons jugé important que les citoyens en découvrent quelques rouages, pour leur permettre de mieux comprendre et peut-être d’influer sur les décisions, parfois discutables, que prennent les autorités en la matière», explique le Grip. Le résultat est séduisant, à la fois clair et instructif.

L’organisation est connue pour ses rapports et ses analyses sur la question des armes, qui sont parfois assez techniques. Ce récit en BD permet de trouver un équilibre entre la rigueur qui s’impose quand on parle de cette question et le besoin de parler aux non-initiés. «Toutes les informations ont été vérifiées par nos chercheurs, et sont restituées dans un style un peu plus léger», explique Benjamin Vokar, auteur du récit. Il sera mis à disposition dans des écoles secondaires et quelques semaines plus tard, le Grip organisera des débats sur la question des armes et de la citoyenneté.

«Le commerce des armes: un business comme un autre?», de Benjamin Vokar, Philippe Sadzot, et Tomasz, Grip, 10 €