« La création de bijoux tient plus des mathématiques qu’on ne le pense ! »

Le moment où votre chéri s’agenouille devant vous et vous demande en mariage est l’un des plus beaux de votre vie. Et pour compléter ce tableau romantique, la bague de fiançailles est bien évidemment indispensable. Inutile de le dire à Kaat De Groef (28 ans) et Lien Hereijgers (32 ans). Ces deux jeunes entrepreneures du studio de design Kubini à Deurne ont lancé une deuxième collection – des bagues de fiançailles – en plus de leur collection d’alliances. 

Kubini est un studio de design impossible à catégoriser. Kaat et Lien, à la fois condisciples et amies, possèdent leurs propres collections d’alliances et de bagues de fiançailles, mais proposent aussi leurs services à des maisons de couture. Elles se chargent de l’étude de marché pour la marque, conçoivent une ligne d’accessoires et suivent l’ensemble du processus de production. « Nous rêvons de pouvoir un jour créer une collection de bijoux pour Dries Van Noten. C’est très ambitieux, mais c’est ce genre de défis qui nous plaît ! », déclare Kaat.

Comment définir Kubini?

Lien Hereijgers: « Nous avons une vision moderne des bijoux. Contrairement au joaillier traditionnel, nous n’élaborons pas nos créations à la main, mais par ordinateur, et elles sont imprimées en 3D. Nous les finissons bien évidemment ensuite à la main. Nous combinons donc des techniques modernes et artisanales. »

Kaat De Groef: « Nous pouvons ainsi ajouter des détails personnels à la demande du client et ce dernier sait parfaitement quel en sera le résultat final. Nous nous axons sur des créations architecturales épurées. Elles s’articulent géométriquement de façon très intelligente. La création de bijoux tient plus des mathématiques qu’on ne le pense ! (rires) La forme de notre bague Save the Date, par exemple, dépend de la date de mariage du couple. Les différents plans sont orientés en fonction du jour, du mois et de l’année. »

Comment décririez-vous votre nouvelle collection?

Kaat: « Notre deuxième ligne se compose de bagues de fiançailles et d’une extension de la collection de mariage. Cette fois, nous avons mis à l’honneur le diamant traditionnel, mais la façon dont il est placé dans la bague est totalement novatrice. Nous avons en fait modernisé la bague de fiançailles typique avec un seul beau et gros diamant. »

Lien: « Nos collections ne sont d’ailleurs pas seulement destinées aux couples d’amoureux. Les bagues sont parfaitement portables même si vous n’avez pas l’intention de vous marier! »

Quelle est la signification de l’alliance pour vous?

Kaat: « Pour moi, l’alliance doit avoir une symbolique, car elle est le lien entre deux personnes qui s’aiment. La ‘Perfect fit’ de notre collection, par exemple, se compose de deux anneaux qui s’emboîtent littéralement. En tant que designer, je veille aussi à ce que la bague soit harmonieuse au niveau de la forme, confortable à porter et intemporelle. »

Quand avez-vous franchi le pas et êtes devenues indépendantes?

Lien: « Quand j’étais étudiante en Bijouterie Joaillerie, j’écumais déjà les salons et les marchés avec mes propres créations. Juste après avoir obtenu mon diplôme, j’ai fondé mon label ‘Lien Hereijgers’, sous lequel je crée encore aujourd’hui. J’ai aussi travaillé comme designer freelance, notamment pour Komono, mais aujourd’hui, je suis entrepreneure à temps plein. »

Kaat: « Je n’ai pas directement franchi le pas. J’ai travaillé un certain temps à Paris en tant qu’assistante création de bijoux pour Maison Margiela et aussi comme styliste chez le maroquinier belge Nathan-Baume. Je voulais d’abord acquérir de l’expérience auprès d’autres maisons de couture. Mais créer sa propre collection, c’est quand même quelque chose de très spécial ! Aujourd’hui, je suis salariée à mi-temps et entrepreneure de Kubini à mi-temps. »

Est-ce avantageux de posséder une entreprise à deux?

Kaat: « Comme Lien avait déjà une expérience en la matière, elle m’a beaucoup appris et cela a été plus facile pour moi d’arriver à maîtriser le côté business. Il y a en effet beaucoup de choses qui interviennent. C’est après que les bijoux sont terminés que tout ne fait que commencer. C’est bien évidemment à ce moment-là qu’il faut vendre. »

Lien: « J’ai vu Kaat grandir énormément en tant qu’entrepreneure. Elle a attrapé le virus de l’entrepreneuriat ! Je trouve formidable d’avoir chez Kubini une partenaire afin de tester des idées ensemble. Nous plaçons la barre très haut et nous nous challengeons mutuellement en permanence. Nos amis disent parfois que nous sommes trop ‘ hard’ l’une envers l’autre, mais nous ne le voyons pas comme ça. Les critiques nous permettent de nous améliorer en continu, tant dans la création que dans l’entrepreneuriat. »

Quels sont les bons côtés de l’entrepreneuriat?

Lien: « Sur le plan créatif, nous jouissons d’une entière liberté. Nous sommes à 100% derrière nos créations et nous sommes extrêmement fières d’avoir pu créer notre propre marque à partir de rien. Mais, par-dessus tout, nous voulons rendre heureux les futurs mariés avec les anneaux qu’ils vont porter toute leur vie. C’est notre moteur. »

Le 6 octobre, Kubini organise un atelier ouvert à Deurne. Plus d’infos sur www.kubini.be.