Un éléphant pygmée retrouvé mort, le corps criblé de 70 balles

AFP / M. Rasfan

Un éléphant pygmée de Bornéo a été retrouvé mort sur une rivière dans la partie de l’île de Bornée appartenant à la Malaisie. Ce spécimen appartenait à une sous-espèce considérée comme menacée. Il aurait été criblé de balles à 70 reprises lors d’une attaque de braconniers. 

Les responsables de la préservation de la faune sauvage enquêtent pour déterminer la cause du décès de ce mâle, âgé d’une dizaine d’années, dont le corps a été retrouvé flottant sur l’eau, attaché par une corde à un arbre.

Le corps de l’éléphant, qui serait mort il y a quatre jours, a été retrouvé dans le district de Tawau dans l’Etat de Sabah, a déclaré Augustine Tuuga, directeur de l’organisme gouvernemental chargé de la faune sauvage dans cet État situé dans le nord de l’île. Il a également estimé qu’une attaque aussi cruelle n’était pas commune. En effet, l’animal a été tué par 70 balles retrouvées sur son corps. Quatre ou cinq braconniers l’auraient attaqué de près avec des pistolets semi-automatiques, révèle le « Star », qui cite une source anonyme. L’objectif de cet assaut: voler les défenses du pauvre animal.

Toujours selon M. Tuuga, il s’agirait de braconniers locaux qui ne sont pas des professionnels. Elizabeth John, porte-parole de Traffic, un organisme de surveillance du traffic de la faune sauvage, a indiqué qu’il y avait une recrudescence des attaques contre des éléphants pygmées sans que des arrestations aient pu être effectuées. « C’est un problème sérieux. Il faut identifier et traîner les responsables de ces actes en justice pour contrer la menace. Nous espérons que les enquêtes ne se limiteront pas à cette affaire, car il y a de fortes chances que tous ces meurtres soient liés », a indiqué la porte-parole.

Une espèce menacée

Il ne reste plus que 1.500 éléphants pygmées de Bornéo, selon l’organisation de défense de la nature WWF. Les éléphants sont parfois tués par des braconniers car l’ivoire de leurs défenses atteint un prix élevé sur le marché noir, mais ils sont également la cible de villageois qui les considèrent comme des animaux nuisibles.

Selon Augustine Tuuga, au moins 100 éléphants ont été retrouvés morts au cours de la dernière décennie, dont certains tués délibérément par balle ou empoisonnés. « Il n’est pas facile d’obtenir des preuves sur les auteurs de ces actes, de retrouver les suspects, car les gens ne nous donnent aucune information », a-t-il souligné. Le territoire de Bornéo est partagé entre la Malaisie, l’Indonésie et Brunei.