Une mère meurt en couches ou un bébé à la naissance toutes les 11 secondes

Ph. N1_5.6 / Shutterstock

Une mère meurt en couches ou un bébé à la naissance toutes les 11 secondes dans le monde, même si ces drames sont en net recul ces dernières décennies, selon de nouvelles statistiques rendues publiques jeudi par l’ONU.

«Dans les pays qui fournissent à chacun des services de santé sûrs, abordables et de haute qualité, les femmes et les bébés survivent et prospèrent», a souligné le chef de l’Organisation mondiale de la santé Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Il s’exprimait à la suite de la publication de deux rapports rédigés par plusieurs agences des Nations unies, dont l’OMS et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), qui montrent un réel progrès en la matière au niveau mondial concernant la réduction du nombre des femmes enceintes ou des nouvelles mamans et des jeunes enfants perdant la vie chaque année.

Deux fois moins de décès

Ainsi, comparé au tout début du 21e, il y a actuellement près de deux fois moins d’enfants âgés de moins de cinq ans qui meurent, 5,3 millions l’année dernière, d’après les statistiques publiées par l’ONU. Environ la moitié de ces décès surviennent pendant le premier mois de leur existence. Quelque 7.000 nouveau-nés ont ainsi perdu la vie quotidiennement en 2018.

Dans le même temps, le nombre des femmes mourant à la suite de complications pendant la grossesse ou l’accouchement a reculé de plus d’un tiers: 295.000 en 2017 contre 451,000 en 2000. Mais elles étaient encore environ 800 par jour à connaître ce sort tragique il y a deux ans. Au total, 2,8 millions de femmes enceintes ou en couches et de nouveau-nés périssent chaque année et, dans la plupart des cas, cela pourrait être évité.

«Des mains compétentes pour aider les mères et les nouveau-nés au moment de la naissance, en même temps que de l’eau propre, une alimentation adéquate, des médicaments et des vaccins de base, peuvent faire la différence entre la vie et la mort», souligne la cheffe de l’Unicef Henrietta Fore.

Situation critique en Afrique subsaharienne

L’Afrique subsaharienne connaît la situation la pire dans ce domaine, le taux de mortalité des mères y étant de près de 50 fois supérieur à celui enregistré dans les pays les plus riches, tandis que les bébés y ont dix fois plus de chances de perdre la vie. En 2018, un enfant sur 13 est mort avant l’âge de cinq ans dans cette région, contre un sur 196 en Europe, toujours d’après les statistiques de l’ONU. Une femme sur 37 meurt pendant l’accouchement en Afrique subsaharienne contre une sur 6.500 dans les pays européens.