Paul Magnette candidat à la présidence du PS

Belga / F. Sierakowski

Paul Magnette briguera, sans surprise, la succession d’Elio Di Rupo à la tête du Parti Socialiste, a-t-il confirmé lundi matin sur les ondes de La Première. «J’ai toujours répondu que lorsque l’élection interne sera lancée, je serai candidat. Je ne serai pas nécessairement le seul et ce sera finalement les militants du PS qui décideront», a-t-il affirmé.

L’ex-Premier ministre Elio Di Rupo, président du PS pendant 17 ans (de 1999 à 2011, puis depuis 2014), est redevenu ministre-président de la Région wallonne la semaine dernière, à la tête d’une coalition PS-MR-Ecolo. Ce dimanche, il a annoncé que son parti organiserait une élection présidentielle au plus tard fin octobre, tout en précisant qu’il ne serait pas candidat à sa propre succession.

Paul Magnette, que M. Di Rupo avait appelé en politique en 2007, n’avait pas caché ces dernières années qu’il serait candidat à la tête du parti lorsque le Montois remettrait son mandat en jeu. Invité sur La Première ce lundi, le bourgmestre de Charleroi l’a confirmé.

«Je ne suis pas né dans une famille socialiste mais j’ai choisi de le devenir aux alentours de 20 ans parce que j’étais convaincu que le projet socialiste est l’idée la plus forte et ambitieuse de notre temps», a précisé M. Magnette.

Interrogé sur la formation fédérale, il a répété que le programme se son parti lui semblait inconciliable avec celui de la N-VA. «La position du PS est parfaitement stable. On n’a jamais mis de veto à la N-VA comme pour le Vlaams Belang, mais on ne voit pas comment on peut travailler avec eux, nous ne sommes d’accord sur rien», a-t-il répété.