Christina Anstead mange son placenta pour éviter le baby blues

Christina Anstead via Instagram

Quelques jours après la naissance de son troisième enfant, la présentatrice américaine a adopté une pratique de plus en plus tendance chez les stars américaines : manger son placenta après l’accouchement.  

Christina et Ant Anstead ont accueilli leur premier enfant ensemble, Hudson London, le vendredi 06 septembre, rapporte People. Quelques jours plus tard, Christina révélait dans sa story Instagram qu’elle se préparait à tenter une nouvelle expérience : manger son placenta.

Déjà maman de trois enfants, « c’est la première fois que j’essaie ça », indique la star de la télévision américaine  « et je pense que ça marche ! ». Elle a choisi d’ingérer le placenta sous forme de gélule, pendant une semaine.

Christina Anstead via Instagram

Une tendance potentiellement néfaste pour la santé

À 36 ans, Christina Anstead est loin d’être la seule célébrité à s’être essayée à cette expérience. Les Kardashian (Kim, Khloé et Kourtney), Hilary Duff, Chrissy Teigen, Katherine Heigl, … toutes ont vanté les mérites du placenta sur la santé des jeunes mamans. À chacune sa méthode : conditionné en gélules, comme Christina, ou cuisiné, ou encore sous forme de smoothie.

Effet de mode depuis quelques années aux États-Unis, la placentophagie (la consommation de placenta humain) aurait pour vertu de se prémunir contre la dépression post-partum et favoriser la production de lait. Or, jusqu’à présent, aucune preuve scientifique n’est venue étayer ces suppositions. Des médecins obstétriciens canadiens qui se sont penchés sur cette pratique la déconseillent même vivement, arguant que cela pourrait entraîner des conséquences néfastes sur la santé.