A Saint-Gervais, le ski hors du temps

Ph. Saint-Gervais-Mont-Blanc

Saint-Gervais, au pied du Mont Blanc, a été l’une des premières stations de ski des Alpes françaises. Près de 100 ans plus tard, la station garde une touche authentique qui fait le bonheur des familles.

Certaines remontées mécaniques ont plus de charme que d’autres. Que dire alors du Tramway du Mont Blanc ? Sur 12,4 km, cette ligne de train à crémaillère serpente entre les sapins, avant de se frayer un chemin sur les contreforts du Mont Blanc. Les trois voitures en circulation affichent un look délicieusement début du 20e siècle : sièges en bois vernis, design vintage, et espaces de rangement des skis constitué d’épaisses pièces de métal.

Des skis en bois

Ph. Skis Tardy

Il est loin, le temps ou le ski n’était qu’un duo de planches de bois qui servait de moyen de transport aux peuples du nord. Les skis en matériaux ultra légers se sont imposés un peu partout. Partout ? Non, un groupe d’irréductibles skieurs continuent d’utiliser des skis en bois ! La marque Tardy propose des skis au look inimitables. Fabriqués en frêne, ils se passent de décoration. Ce bois possède des veines qui produisent le plus bel effet une fois le bois vernis. Bien qu’un peu plus lourd que la moyenne, ils sont appréciés par les skieurs pour leur maniabilité. Ils sont en tout cas imbattables sur l’esthétique.

 

Si le Tramway du Mont Blanc a été créé avec l’idée de se rendre jusqu’au sommet du toit de l’Europe, il fait, chaque hiver, le plaisir des skieurs. Ils partent de la station de Saint Gervais, dans le creux de la vallée. La gare a gardé son charme d’antan. On entend le train, tiré par la crémaillère, avant de le voir arriver. Une fois à bord, les pentes et sommets enneigés font le régal des amateurs de paysages, et des enfants.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

En train jusqu’au coeur des montagnes #saintgervaismontblanc #alps #ski #tramwaydumontblanc #tmb #leshouches #train

Une publication partagée par Camille Goret (@camille_goret) le

Cette ambiance d’un autre temps a tout pour plaire aux familles. Elles sont nombreuses dans le village, mais aussi au col de Voza, premier arrêt en altitude du train. Les alpages sont couverts d’une épaisse couche de neige, sur laquelle on voit souvent des familles entières tirer leurs valises comme une luge. Le centre de vacances qui est installé sur les pistes semble hors du monde, et hors du temps. Ici, tout s’arrête, pour ne plus laisser vivre que le ski et les repas alpins pris en terrasse ou dans la convivialité d’un chalet.

En hiver, le col de Voza est un bon point de départ pour explorer le domaine skiable. Au printemps et en été, il est au service des randonneurs et alpinistes. Pour ces derniers, le voyage en train s’arrête dans l’ultime gare, celle du Nid d’Aigle, à près de 2.400 mètres d’altitude. De là, ils poursuivront leur route à pied. Originellement, le Tramway du Mont Blanc devait porter le commun des mortels jusqu’au sommet. Mais le projet n’a pas résisté à la première guerre mondiale, qui a sonné le rappel des travailleurs engagés sur le projet pour aller au front. Plus personne n’envisage de prolonger la ligne jusque vers les sommets. Les travaux entrepris suffisent à faire le bonheur des vacanciers, qui accèdent sans difficulté aux plaisirs de la montagne.

Ville thermale

Ph. Pascal Deloche

Bien avant d’être une station de ski, Saint-Gervais attirait déjà les touristes (depuis 1806), pour ses thermes. Une fois les pieds dans l’eau, il semble bien loin ce monde où les plus sportifs dévalent les pistes. Ici, tout n’est que douceur et bien être. Les vertus curatives de l’eau filtrée par les contreforts du Mont Blanc sont reconnues. Et ceux qui n’ont rien à soigner viennent simplement profiter d’un temps de relaxation après une journée passée en altitude. Le site, installé au fond d’un parc, contribue à faire de Saint-Gervais le point de départ d’un voyage dans le temps.