Adam, 18 ans, a les poumons d’une personne de 70 ans à cause du vapotage

Photo by EVA HAMBACH / AFP

Adam Hergenreder, un Américain de 18 ans, vapotait depuis un an et demi lorsqu’il a dû être hospitalisé. Comme de plus en plus de vapoteurs aux États-Unis, il a souffert d’une mystérieuse maladie pulmonaire, rapporte CNN. Ses poumons ressemblaient à ceux d’une personne de 70 ans.

C’est un phénomène de plus en plus inquiétant qui secoue les adeptes du vapotage aux États-Unis. Des centaines d’utilisateurs de cigarettes électroniques sont atteints d’une mystérieuse maladie pulmonaire liée au vapotage, dont beaucoup de jeunes. Jusqu’à présent, 450 cas ont été recensés. Et six personnes sont décédées.

Adam, 18 ans, a souffert de cette maladie. « C’était effrayant de penser que ce petit appareil pouvait faire ça à mes poumons », a-t-il déclaré lorsque les médecins lui ont annoncé que ses poumons étaient en piteux état. Le jeune homme n’est pas sûr de pouvoir retrouver 100 % de ses facultés. « J’étais auparavant un lutteur universitaire et il se peut que je ne sois plus jamais capable de lutter car c’est un sport très physique et que mes poumons ne pourront peut-être pas supporter cet effort. C’est triste », déplore Adam.

« J’ai commencé à vapoter pour m’intégrer« 

Les enquêteurs n’ont pas encore identifiés les causes de cette maladie. L’administration Trump envisage toutefois de retirer du marché les cigarettes électroniques aromatisées – à l’exception des arômes de tabac. Une augmentation significative de jeunes utilisant des produits aromatisés (menthe, fruits, chewing-gum, etc.) a en effet été constatée.

En commençant à vapoter, Adam ne pensait pas que cela était dangereux pour sa santé. « J’ai commencé à vapoter pour m’intégrer, parce que tout le monde le faisait », a confié Adam, ajoutant que les arômes l’intéressaient, en particulier la mangue. Il utilisait les produits de la marque Juul, qui a été pointée du doigt. Selon les experts, une capsule Juul – une cartouche de liquide riche en nicotine que les utilisateurs branchent à la marque dominante d’e-cigarette – fournit la même quantité de nicotine au corps qu’un paquet de cigarettes.

Frissons et vomissements

Adam est ensuite passé aux produits contenant du THC, la principale molécule active du cannabis. Il a alors commencé à ressentir des frissons, puis à vomir. Les vomissements ne s’arrêtant pas malgré les médicaments, un scanner puis une radio ont été réalisés. Et c’est à ce moment que les médecins ont constaté l’état de détérioration des poumons d’Adam.

« Si sa mère ne l’avait pas amené à l’hôpital au cours des deux ou trois prochains jours, sa respiration aurait pu se détériorer à un point tel qu’il aurait pu mourir s’il n’avait pas consulté un médecin », a déclaré le docteur Stephen Amesbury.

Même si sa convalescence n’est pas terminée, Adam va de mieux en mieux chaque jour. Son but est maintenant de mettre en garde les jeunes contre le vapotage. « Je ne veux voir personne dans ma situation. Je ne veux voir personne à l’hôpital aussi longtemps que je l’ai été », a-t-il confié.

L’acétate de vitamine E

L’enquête fédérale sur les risques du vapotage est toujours en cours. Les responsables de la santé à New York ont ​​déclaré la semaine dernière que des concentrations extrêmement élevées d’acétate de vitamine E chimique avaient été décelées dans presque tous les produits de vapotage contenant du cannabis analysés dans le cadre de l’enquête. Au moins un produit de vaporisation contenant ce produit chimique a été associé à chaque personne tombée malade et ayant soumis un produit à des tests dans cet État. L’acétate de vitamine E est désormais « un élément clé » de l’enquête de l’État sur ces maladies, a annoncé le ministère de la Santé de New York. Certains produits contenant de l’acétate de vitamine E ont également été trouvés dans des liquides aromatisés aux bonbons.

Les scientifiques sont encore en train d’étudier les effets à long terme des cigarettes électroniques sur la santé. Une étude publiée dans le journal de l’American College of Cardiology en mai a révélé que les arômes de la cigarette électronique peuvent endommager les cellules qui tapissent vos vaisseaux sanguins et peut-être même votre santé cardiaque. Une autre étude, publiée dans la revue Radiology en août, indique que le vapotage affecte temporairement la fonction des vaisseaux sanguins chez des personnes en bonne santé. À l’aide d’une IRM, il a été constaté, par exemple, des modifications du débit sanguin dans l’artère fémorale de la jambe après une seule utilisation. Les chercheurs n’ont pas pu déterminer quel produit chimique pourrait être responsable des changements observés.