Une enseignante de retour en classe malgré des relations avec des élèves

AFP / Frederick Florin

Une enseignante de 37 ans, qui a eu des relations sexuelles avec deux élèves d’une école secondaire pour enfants souffrant d’un handicap mental et de troubles du comportement à Beringen, a repris le travail en septembre, selon Het Laatste Nieuws.

Un retour bien que l’enseignante en question ait été suspendue après la révélation des faits à la direction de l’école VIBO Sint-Barbara.

« Pendant la première semaine d’école, nous avons fait connaissance », explique Alicia Sanfilippo, âgée de 17 ans à l’époque. « Elle m’a dit qu’elle avait une relation avec une femme et m’a posé des questions sur mon orientation sexuelle. Le soir, elle a commencé à discuter avec moi sur Facebook. Un peu plus tard, on est allée au cinéma. Quand elle m’a déposée, elle m’a soudainement embrassée. Ca m’a fait peur au début, mais nous sommes rapidement devenus un couple. »

Alicia se sentait mal pendant cette relation secrète. Elle en a discuté avec un autre professeur qui en a informé immédiatement la direction. « Le directeur m’a demandé si j’avais une relation avec ma titulaire, mais j’ai nié. Elle a tout de suite compris ce qui se passait et m’a dit: ‘Soit on arrête, soit tu vas dans une autre école’. Et comme j’étais amoureuse, j’ai changé d’école. »

Après trois ans pendant lesquels « j’acceptais tout », la jeune fille décide de rompre. C’est alors qu’elle apprend que son ancienne titulaire avait déjà une autre relation avec une élève de son ancienne école.

« Le comportement de notre fille a complètement changé il y a deux ans », a expliqué K.L., la mère de cette dernière. « Elle avait 16 ans et doutait encore de son orientation sexuelle. Ce n’est pas anormal à cet âge, mais quand une femme de 35 ans -en plus enseignante dans son école – commence à lui faire des avances, il y a de quoi être déstabilisée. »

La mère de la jeune fille a également prévenu la direction lorsqu’elle a appris cette relation. « Il me semblait qu’ils prenaient l’affaire au sérieux. Mais l’enseignante est toujours là aujourd’hui. Je ne comprends pas comment c’est possible. »

Désormais, les deux anciennes élèves souhaitent que l’enseignante soit poursuivie. Mais avoir des relations sexuelles avec un élève de 16 ans ou plus n’est pas une infraction criminelle s’il y a consentement mutuel.