Face à Saint-Marin, Roberto Martinez ne compte pas faire de test

Belga / Virginie Lefour

Les Diables Rouges affrontent Saint-Marin, vendredi (20h45), en qualification à l’Euro 2020 de football. Soit la première nation au classement FIFA contre la 211e et dernière.

« Pour nous, c’est le cinquième match de qualification et les trois points comptent autant que contre les autres adversaires », a commenté le sélectionneur Roberto Martinez.

« L’entraîneur de Saint-Marin Franco Varrella est très flexible », a expliqué Martinez. « Ils peuvent jouer à 4 ou 5 derrière ou en diamant comme lors du match au Kazakhstan. Varrella ne travaille pas avec des joueurs d’élite, donc les résultats ne suivent pas. Pour nous, il s’agira du cinquième match de qualification. Nous voulons les trois points. Et pour les joueurs, c’est une occasion de gagner leurs places dans les 23. Il n’y a pas de différence avec les autres matchs. On doit jouer pour nous qualifier. »

Martinez doit se passer de trois pions majeurs dans son dispositif: les frères Eden et Thorgan Hazard et Axel Witsel. « Tu ne peux pas remplacer Eden. Peut-être dans cinq ou dix ans », confie Martinez. « Jouer sans notre capitaine sera un très bon test pour nous. Un autre joueur devra prendre ses responsabilités. Depuis la Coupe du monde, il a été très performant. A nous de trouver le moyen de performer. Ce que j’attends de mes joueurs, c’est qu’on ne perde pas nos capacités d’attaquer, d’être menaçants. »

Sans les deux frères Hazard et Witsel, Martinez va donc devoir procéder à trois changements dans son onze de base. « Il y aura des nouveaux joueurs, oui. Mais c’est un match de qualification. Je donnerai des opportunités à certains, mais je ne vais rien inventer ou tenter de bêtes choses. »

Martinez a été séduit par les deux nouveaux de la sélection, Yari Verschaeren et Benito Raman. « Ils se sont sentis très à leur aise durant la semaine. On a de la concurrence à tous les postes », a conclu le sélectionneur.

Respecter l’adversaire

Belga / Virginie Lefour

« La meilleure manière de montrer du respect à nos adversaires, c’est de continuer à jouer pendant 90 minutes », a estimé Kevin De Bruyne.

Habitué aux grandes affiches de la Premier League et de la Ligue des Champions, De Bruyne ne manquera pas de motivation vendredi contre un adversaire nettement plus faible. « Je pense que ce genre de matchs est plus facile à gérer pour moi maintenant car je suis plus expérimenté », a-t-il confié.

« Quand tu es jeune, tu es excité par les grands matchs. Maintenant, je suis là pour faire mon métier, je respecte tout le monde. Saint-Marin n’est pas la meilleure équipe du monde, mais nous devons montrer du respect. Et pour cela, il n’y a qu’une manière de le faire: jouer pendant 90 minutes et ne pas commencer à se faire des passes. Avec City, même si nous menons 5-0, nous continuons à faire du pressing. C’est comme ça que tu montres du respect. Si je suis mené 5-0 et que l’adversaire commence à se faire des passes, je trouve ça humiliant. »

De Bruyne ne pense pas qu’on puisse tirer des leçons après un match comme celui de vendredi. « Parfois, tu n’apprends rien. Mais cela vaut aussi pour des grands matchs. Tu joues en équipe, tu fais ton boulot et tu essaies de gagner. A la fin du match, tu sais parfois ce que tu dois améliorer. Mais des matches comme ça ne t’aident pas toujours. »

Le meneur de jeu a porté le brassard de capitaine de City contre Tottenham. Un prélude à ce qui pourrait se passer chez les Diables, d’autant qu’Eden Hazard est absent? « A City, j’étais cinquième dans la liste et à présent je suis troisième. Mes équipiers me respectent comme personne et comme joueur. J’ai 28 ans, je n’en ai plus 23, j’ai davantage d’expérience. Pour le brassard, je ne pense pas que ce sera le cas chez les Diables, d’autres joueurs sont devant moi. Je pense à Vertonghen. Cela ne change rien à mon rôle, on est une équipe », a précisé ’KDB’.