Le massacre de dauphins des îles Féroé fait de nouveau polémique

Sea Shepherd

Chaque année, des centaines de dauphins sont tués lors de chasses traditionnelles dans les îles Féroé. 

Le 28 août dernier, 98 dauphins pilotes ont été chassés à l’occasion du grindadráp, une partie de chasse traditionnelle aux îles Féroé. Chaque année, des cétacés sont chassés dans ce pays constitutif du Danemark dans une tradition qui fait polémique dans le reste de l’Europe.

Parmi les ONG demandant la fin de cette tradition, Sea Shepherd, qui se bat pour protéger les écosystèmes marins et la biodiversité. Elle dénonce notamment la cruauté avec laquelle sont tués les animaux. Les dauphins sont en effet rabattus dans des eaux peu profondes à l’aide de bateaux. Là, ils se blessent généralement sur des rochers avant d’être abattus, peu importe qu’il s’agisse d’un mâle, d’une femelle ou d’un bébé. Sea Shepherd affirme d’ailleurs que cinq dauphins femelles enceintes ont été abattues durant la seule journée de mardi.

Pour l’ONG, cette chasse est également illégale aux yeux de l’Union européenne. Problème, si les îles Féroé sont un territoire autonome du Danemark, elles ne font pas partie de l’Union européenne et ne sont donc pas soumises à sa législation.

Sur Twitter, le journaliste Hugo Clément, qui réalisait un reportage sur le sujet pour France TV, a également partagé plusieurs clichés d’animaux décédés. Il affirme d’ailleurs avoir vécu un « des moments les plus difficiles » de sa vie professionnelle.

Une pratique « respectueuse »

L’année dernière, le ministre féringien de la Pêche, Høgni Hoydal, avait déjà réagi à la polémique qui avait enflé en Europe. Il avait déclaré à l’AFP considérer le grindadráp comme une pratique « écologique » et « respectueuse ». « Nous considérons notre législation et tout notre système de chasse des cétacés comme le mode d’exploitation le plus durable qui soit. Nous avons des statistiques remontant à 450 ans qui prouvent que nous ne prélevons qu’environ 1% de la population totale des dauphins pilotes dans l’Atlantique Nord ». Il affirmait également « comprendre » que, « pour les gens qui n’ont jamais vu de gros animaux être tués », cette vision puisse « éveiller certains sentiments. »

Chaque année, ce sont entre 800 et 1.000 dauphins qui sont chassés dans ce territoire situé entre le Royaume-Uni et l’Islande.

Il s’agissait déjà du onzième grindadráp de l’année. On estime que 600 dauphins ont, pour l’instant, été chassés en 2019.