Amende pour une chaîne télévisée néo-zélandaise qui a diffusé des images de l’attaque de Christchurch

AFP / M. Bradley

La chaîne néo-zélandaise Sky TV a écopé d’une amende pour avoir retransmis un certain nombre d’images de la diffusion en direct, par l’assaillant supposé, des attentats de Christchurch.

L’organe de supervision des médias en Nouvelle-Zélande, BSA, lui a infligé une amende de 4.000 dollars néo-zélandais (2.318 euros). Le 15 mars dernier, 51 personnes avaient perdu la vie dans l’attaque de deux mosquées du pays.

«Bien que la diffusion dans son ensemble revêtait un intérêt informatif et public, les images avaient un contenu violent et troublant, susceptible de causer de graves souffrances auprès du public et en particulier auprès de la famille et des amis des victimes ainsi que dans la communauté musulmane dans son ensemble», estime le BSA. Selon cet organe, il existait également un risque que les images glorifient le suspect et promeuvent ses messages. Elles n’auraient pas dû être diffusées, insiste-t-il.

Les images en question étaient en réalité une retransmission d’une émission d’information en continu de Sky News Australia, une société distincte de la plateforme télévisée Sky New Zealand. Le lendemain des attaques, Sky New Zealand avait indiqué sur Twitter que le canal australien n’était plus accessible sur la plateforme en raison de la diffusion du carnage.

Quatre jours après les fusillades, les images du tireur avaient été estampillées «indésirables», ce qui signifie qu’elles ne peuvent être ni diffusées ni partagées.