[Jeux vidéo] Wolfenstein Youngblood – Tel père telles filles !

Deux ans après Wolfenstein II The New Colossus, le célèbre FPS dans lequel il faut chasser les nazis est de retour. Sur le papier les nouveautés sont prometteuses avec un opus taillé par la coop se déroulant dans Paris, mais qu’en est-il dans la pratique ? Réponse dans notre test !

Après avoir emmené les joueurs dans l’Amérique des années 1960 contrôlée par les Nazis et le Ku Klux Klan dans Wolfenstein II, changement de décors et de protagonistes avec Wolfenstein Youngblood. La chasse aux Nazis, qui dans cette œuvre ont remporté la Second Guerre mondiale, est toujours au centre de ce FPS rapide et nerveux. Mais cette fois direction l’Europe et la ville de Paris dans les années 1980. Autre nouveauté : on n’incarne plus le célèbre Blazkowicz, l’homme qui a tué Adolf Hitler, mais … ses deux filles, des jumelles. Et comme vous vous en doutez, les chiens ne font pas des chats et comme leur père, les jumelles Blazkowicz sont nées pour tuer des nazis.

Taillé pour être joué en coop

Wolfenstein Youngblood est le premier épisode de la saga pensé pour être joué à deux en coopération. La première étape est de choisir son personnage : Jess, la brune et son fusil à lunette, ou Soph, la blonde qui fait parler la puissance de son arme à courte et à moyenne portée. Toute l’aventure est conçue pour être jouée à deux. Ainsi, il faut attendre l’autre joueur pour ouvrir des portes ou actionner des mécanismes mais il faut aussi collaborer pour établir des stratégies face aux ennemis les plus puissants. Lorsqu’un joueur est blessé, il peut appeler l’autre à la rescousse. S’il arrive à le réanimer dans le temps imparti, c’est reparti pour un tour. Dans le cas contraire, il faudra aller puiser dans l’une des trois vies disponibles pour empêcher le Game Over et poursuivre l’aventure.

En jouant à deux amis, Wolfenstein Youngblood s’avère plaisant et efficace. Par contre, les joueurs solitaires devront former un duo avec une jumelle contrôlée par l’IA et là, le jeu devient nettement moins intéressant. Youngblood a clairement été pensé pour être joué en multi et c’est comme ça qu’il s’apprécie.  Du côté du gameplay, on reste dans la lignée des épisodes précédents. Wolfenstein Youngblood est un FPS dans lequel il ne faut pas hésiter à foncer tête baissée sur les nazis (humains ou robots) qui occupent les rues de Paris. Le double saut apporte un peu plus de verticalité aux combats tandis que l’exosquelette qui permet aux jumelles de devenir invisible pendant quelques secondes permet de tenter des approches plus discrètes.

Du côté des graphismes, c’est propre et joli mais Wolfenstein Youngblood n’est pas pour autant en lice pour être le plus beau FPS de l’année.

Quels sont les défauts ?

Venons-en maintenant aux points négatifs. En effet, cet épisode n’est pas dénué de défaut. On regrettera tout d’abord que la ville Paris n’ait pas été mise plus en avant. En effet, ne vous attendez pas à faire une balade sur les Champs Elysées ou à visiter la Tour Eiffel ou l’Arc de Triomphe.  Non, finalement, on se retrouve la plupart du temps à faire des allers-retours en métro entre le QG situé dans les catacombes et les missions qui présentent une vision assez générique de la ville lumière. Autre élément regrettable : vous avez beau nettoyer entièrement une zone, si vous vous déplacez et que vous revenez une minute plus tard, elle sera à nouveau remplie d’ennemis. Inutile de dire qu’après une dizaine d’heures de jeu, on ne se prend plus la tête et on se contente de courir le plus vite possible pour rejoindre l’endroit désiré en évitant les fusillades, hyper répétitives, et les ennemis.

Enfin, du côté de la durée de vie, entre la trame principale et les missions secondaires (quasi indispensables pour gagner de l’expérience et monter en niveau), Wolfenstein Youngblood propose une durée de vie d’une quinzaine d’heures et des combats contre des boss qui vous donneront vraiment du fil à retordre.

Wolfenstein 3D est jouable via une borne arcade dans le jeu

Notre verdict

Si vous avez un équipier avec qui vous allez pouvoir vivre l’aventure, foncez ! Disponible pour moins de 40 €, Wolfenstein Youngblood est vraiment sympa et amusant à deux. D’ailleurs, si vous optez pour l’édition Deluxe du jeu, vous obtiendrez un Buddy Pass qui vous permettra d’inviter un pote à vous rejoindre gratuitement dans l’aventure. Seul, vous constaterez que le jeu est nettement moins passionnant. Car entre les incessants allers-retours et les ennemis qui se régénèrent automatiquement, Wolfenstein Youngblood est parfois désespérant.

Découvrez le trailer de lancement :

REVIEW OVERVIEW
Wolfenstein Youngblood