Forcer l’enfant à terminer son assiette n’est pas une bonne idée

Photo Unsplash

« Termine ton assiette! » Si cette injonction, que l’on a pratiquement tous connu, part d’un bon sentiment de la part des parents, elle serait pourtant contre-productive, selon Sophie Nicklaus, directrice de recherches au Centre des sciences du goût et de l’alimentation (CSGA), interrogée par Slate.fr.

« Ce n’est pas recommandé d’un point de vue comportemental ni nutritionnel », explique-t-elle en effet. En cause, un sentiment de négativité qui serait associé aux aliments que l’enfant serait obligé de manger, mais aussi une difficulté à gérer la sensation de faim et la régulation des repas.

« Les enfants ont un estomac de taille différente des adultes », ajoute la chercheuse. Or, « souvent, les adultes l’oublient et leur servent des portions objectivement trop importantes et non adaptées ». Ce qui pourrait donc passer pour un caprice chez l’enfant ne serait en fait qu’un simple estomac plein.

« Les enfants naissent avec de très bons signaux de faim et de satiété », explique au Slate.fr la nutritionniste Véronique Provencher, professeure à l’École de nutrition de l’université Laval (Québec).

Si on le contraint à terminer son plat, l’enfant pourrait dès lors commencer « à ne plus faire confiance aux signaux de rassasiement qui interviennent naturellement au cours d’un repas », puisqu’on lui apprend à manger plus que ce dont il a besoin, « ce qui peut entraîner une dérégulation sur le long terme », explique Sophie Nicklaus.

Pour elle, décider de garder le restant du plat au frigo et le resservir à l’enfant au repas suivant est en outre « très traumatisant et le souvenir négatif sera extrêmement durable »« En ce qui concerne l’apprentissage, il n’y a presque plus d’espoir pour que les aliments concernés soient appréciés. »

Pour Sophie Nicklaus, « les personnes qui ont un rôle nourricier dans l’entourage des enfants sont responsables du choix du moment auquel ils mangent et de la qualité des aliments proposés. La liberté que l’enfant a concerne la quantité consommée. »