Des membres du personnel de Tomorrowland ont-ils mené un trafic de drogue?

Belga / D. Pintens

Les organisateurs du festival Tomorrowland comptent mener une enquête afin de déterminer si des membres du personnel ont opéré un trafic de drogue lors de l’événement.

Deux témoins anonymes ont affirmé mardi au micro de VTM NIEUWS que certains membres de l’équipe ont revendu de la drogue lors du festival. Ils auraient profité des contrôles plus souples pour le personnel. Certains auraient même travaillé lors du festival dans le but de dealer, selon ces mêmes témoins.

Les responsables du festival ont annoncé qu’ils allaient mener l’enquête. «Nous soulignons que la politique de tolérance zéro s’applique également à tous nos 10.000 membres du personnel. Des contrôles sont effectués auprès de l’équipe lors des préparatifs et les jours de festival, aux entrées et sorties ainsi qu’au camping où le personnel est logé. Comme les membres de l’équipe sont sur place pendant quatre semaines entre le montage et le démontage, il n’est pas toujours possible d’effectuer des contrôles stricts, aussi bien que ceux menés auprès des festivaliers», expliquent-ils.

L’organisation se dit toutefois convaincue que, si les témoignages sont avérés, il s’agit de faits tout à fait exceptionnels et déplacés de la part d’un nombre limité de membres du personnel. «La majorité de notre équipe a travaillé d’arrache-pied sur le festival ces dernières semaines et nous leur en sommes très reconnaissants. C’est dommage qu’ils soient maintenant présentés sous un mauvais jour», concluent les organisateurs du festival.

Cette année, 61 dealers ont été interpellés au cours des deux week-ends du festival Tomorrowland, à Boom, selon la police fédérale et le parquet d’Anvers. Par ailleurs, 460 festivaliers ont été interceptés en possession de drogue.